Economie

Le BTP dépend à près de 90 % de la commande publique

Un secteur économique stratégique sous perfusion

Manuel Marchal / 10 octobre 2015

Jeudi dernier, le Haut Conseil de la commande publique s’est réuni. Les données présentées confirment la dépendance toujours plus forte du secteur de la construction vis-à-vis des collectivités et de l’État. À La Réunion, la commande publique représente près de 90 % du chiffre d’affaires du BTP.

JPEG - 68.4 ko
Jadis courante à La Réunion, cette scène de chantier est devenue bien plus rare.

L’économie réunionnaise ne s’est toujours pas remise de l’arrêt des grands chantiers et de la réforme de la défiscalisation. C’est ce qui ressort des données présentées jeudi lors du Haut conseil de la commande publique.
Quand Paul Vergès dirigeait la Région Réunion, le chiffre d’affaires du BTP dépassait les 2 milliards d’euros. Plusieurs projets devaient maintenir cette dynamique une fois terminée la route des Tamarins : rocade Sud au Tampon, Pôle océan et Zénith à Saint-Denis, hippodrome à Saint-Paul, construction du tram-train et de la nouvelle route du littoral.

Mais la municipalité de Saint-Denis dirigée par Gilbert Annette, celle de Saint-Paul ayant alors comme maire Huguette Bello, la mairie du Tampon sous le mandat de Didier Robert puis l’actuelle majorité régionale ont choisi de stopper tous ces projets. Malheureusement, ces responsables ne proposaient pas de projets alternatifs permettant de compenser les pertes en emploi.

Ces décisions n’ont pas été sans influence dans la crise du secteur, avec un chiffre d’affaires en baisse de 700 millions d’euros, et plus de 7.000 emplois supprimés.
La construction privée s’est elle aussi effondrée, avec la réforme de la défiscalisation.

Inquiétante dépendance

Selon les données publiées jeudi, le chiffre d’affaires du BTP à La Réunion s’est stabilisé aux alentours de 1,3 milliard d’euros pour 2014, et atteindrait ce niveau en 2015. En 2014, la commande publique a atteint 1,162 milliard dans le BTP. Cela fait près de 90 % du chiffre d’affaires de ce secteur économique.
À l’intérieur de cette somme, le chantier de la route en mer, dite nouvelle route du littoral, constituent une part importante : 200 millions en 2014 et 300 millions en 2015. Ces chiffres interrogent, car cela représente déjà près du tiers du montant prévu pour le projet de Didier Robert.

Cette dépendance est très inquiétante, car elle s’appuie d’une part sur un projet qui est au coeur d’une importante enquête lancée par la justice. Et d’autre part, les collectivités doivent faire face à des restrictions budgétaires. Voici deux semaines, des maires s’étaient rassemblé devant la préfecture pour protester contre la baisse des dotations de l’État. Le projet de budget 2016 confirme cette orientation.

Relance annoncée du logement social

Autre donnée illustrant les difficultés financières des collectivités, l’allongement des délais de paiement. « Celui des services de l’Etat à La Réunion, de 19,5 jours, est dans la moyenne. En revanche, le délai global de paiement est en nette dégradation pour l’ensemble des collectivités locales où il atteint 44 jours », indique le dossier remis à la presse par la préfecture.

Le HCCP a vu aussi la présentation de mesures de relance. C’est en particulier le cas du Plan logement outre-mer. Il vise notamment à dynamiser la production de logements sociaux. 1.984 logements sociaux de ce type étaient en construction au 30 septembre dernier. Les perspectives de mise en chantier en 2016 sont de 2.874 logements sociaux neufs et 1100 logements en réhabilitation.


Kanalreunion.com