Economie

Le FMI le confirme : l’austérité était une erreur de calcul

Crise en Europe

Céline Tabou / 9 janvier 2013

D’après un rapport du Fonds monétaire international (FMI), l’austérité serait une erreur. Le quotidien “L’Humanité” explique comment un « modèle informatique de prédiction économique » a conduit à l’erreur des estimations des économistes.

Conscients de cette faute, Olivier Blanchard et Daniel Leigh ont expliqué dans leur analyse que 26 pays ont été obligés à une cure d’austérité suite à de mauvais calculs. Les économistes expliquent que leur méthode de calcul ne prend pas en compte le niveau des taux d’intérêt et l’effet de l’austérité sur la consommation intérieure. De plus, la hausse du chômage n’a pas été considérée dans les calculs, remettant ainsi en cause toutes les prédictions et estimations économiques des investissements privés aux recettes fiscales des États.

Tout tient à une équation erronée

L’équation « Prévision de ΔYi,t:t+1 = α + β – Prévision de ΔFi,t:t+1|t + ε i,t:t+1 » a conduit à d’importantes erreurs dans les calculs des économistes. En effet, celle-ci ne tient pas compte des coupes budgétaires des États et la baisse de rentrée fiscale. Le FMI a durant des années fait pression sur les gouvernements afin qu’ils réalisent des économies pour pouvoir répondre aux conditions d’aides financières internationales. Au-delà de ces aides, le FMI a très souvent demandé des mesures drastiques visant à rembourser les créanciers, dont elle fait partie.

Cette équation est également appelée « multiplicateur fiscal » , il s’agit d’un outil économique qui a fait son temps et fonctionnait entre la Seconde Guerre mondiale et 2008. Aujourd’hui, cet outil ne peut pas prévoir les fluctuations de l’économie. Cette erreur n’est pas la première. En octobre 2012, le ministre des Finances grec (libéral de droite), Christos Staikouras, a démontré que la Troïka s’était trompée sur le résultat des plans d’économie. Le modèle appliqué en Grèce a mis en évidence que 1 euro de rigueur, c’est 1 euro de moins dans l’économie.

Les choses ne changent rien

En dépit de ces erreurs, les économistes internationaux n’ont pas remis en question leur décision d’imposer l’austérité aux gouvernements. Ces derniers vont adapter leur modèle de calcul en accroissant la variable « facteur humain ».

Olivier Blanchard et Daniel Leigh ont indiqué que cette erreur de calcul ne conduisait pas à un rejet total des politiques d’assainissement budgétaire. « L’impact économique à court terme des politiques budgétaires n’est que l’un des nombreux facteurs dont il faut savoir tenir compte au moment de déterminer le rythme de l’assainissement des finances publiques dans un pays », ont-ils expliqué.

Sur “Rue89”, le journaliste Daniel Schneidermann a ironisé que les économistes « ne pensaient pas que l’austérité assécherait à ce point la demande, et donc l’économie. (…) Ils ne savaient pas, comme le rappelle Paul Krugman dans le “New York Times”, qu’en économie, mes dépenses sont tes revenus, et mes revenus sont tes dépenses ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com