Economie

Le G20 se fixe comme objectif « une croissance forte, durable et équilibrée »

Réunion des ministres des Finances du G20 à Paris

Témoignages.re / 21 février 2011

Premier rendez-vous de la présidence française du G20, la réunion des ministres de Finances s’est déroulée vendredi et samedi. Le communiqué final mentionne une volonté commune de coordination « pour parvenir à une croissance forte, durable et équilibrée ».

Économie mondiale
• « La reprise mondiale se renforce, mais demeure inégale et les risques baissiers sont toujours présents. Dans la plupart des économies avancées, la croissance est modeste et le niveau de chômage reste élevé. Dans les économies émergentes, en revanche, la croissance a repris de la vigueur et certaines montrent des signes de surchauffe ».
« Nous, membres du G20, réaffirmons notre engagement à coordonner notre action en matière de politique économique pour parvenir à une croissance forte, durable et équilibrée ».

Indicateurs
• « Nous nous sommes entendus sur une série d’indicateurs qui nous permettront de nous concentrer, à travers un processus intégré en deux étapes, sur les déséquilibres majeurs et persistants qui appellent des mesures. En vue de finaliser la première étape, notre objectif est de nous mettre d’accord, d’ici à notre prochaine réunion en avril, sur des lignes directrices indicatives pour l’évaluation de chacun de ces indicateurs, tout en reconnaissant la nécessité de tenir compte des situations nationales ou régionales, y compris celle des grands producteurs de matières premières. Sans constituer des cibles, ces lignes directrices indicatives seront utilisées pour évaluer les indicateurs suivants : la dette et les déficits publics, le taux d’épargne et l’endettement privé et les déséquilibres extérieurs à partir de la balance commerciale, des flux nets de revenus d’investissement et des transferts, en tenant pleinement compte du taux de change et des politiques budgétaire, monétaire ou autre ».

Système monétaire international
• « Le système monétaire international (SMI) a fait preuve de résilience, mais des vulnérabilités subsistent, ce qui rend l’amélioration du SMI d’autant plus nécessaire afin de garantir la stabilité systémique, favoriser un ajustement ordonné et éviter les fluctuations déstabilisatrices des flux de capitaux, les mouvements désordonnés des taux de change, — ce qui suppose notamment que les économies avancées à monnaie de réserve veillent à éviter la volatilité excessive —, et le défaut d’alignement persistant des taux de change ».
« Aujourd’hui, nous nous sommes mis d’accord sur un programme de travail visant à renforcer le fonctionnement du SMI (...) ».
« Cela nécessitera également des discussions sur les questions de taux de change et sur le renforcement de la surveillance du Fonds monétaire international ».

Matières premières
• « Nous avons débattu des inquiétudes quant aux conséquences d’une éventuelle volatilité excessive des prix des matières premières et avons demandé à nos suppléants de travailler aux côtés des organisations internationales et de nous rendre compte sur les causes sous-jacentes de ces tendances et les défis qu’elles posent pour les consommateurs comme pour les producteurs et de réfléchir aux actions envisageables ».
Le G20 souhaite une meilleure « supervision des marchés dérivés de matières premières, en particulier pour améliorer la transparence et lutter contre les abus de marché ».


Kanalreunion.com