Economie

Le génie réunionnais au service de l’innovation dans la construction

Recyclage des vieux journaux

Céline Tabou / 13 avril 2010

Quand nos anciens utilisaient les vieux journaux pour tapisser les murs de leur case en bois sous tôle, ils étaient sans doute loin de penser que cette ingéniosité réunionnaise allait quelques années plus tard être modernisée pour créer les conditions d’une nouvelle industrie à La Réunion. Une société envisage en effet des dizaines d’emplois en recyclant les vieux journaux pour les transformer en matériel d’isolation dans la construction.

L’utilisation de journaux comme isolant thermique est une innovation venue de La Réunion. Cette technique permet une isolation thermique en hiver, et protège des grosses chaleurs d’été. Les journaux étaient déjà utilisés pour isoler de la tôle dans les cases.
Cette ancienne pratique, qui est de "recycler" des journaux, est remise au goût du jour par une petite société. Elle permet de créer des emplois tout en contribuant au développement durable. Son dirigeant, Pierre Bassoul, envisage d’embaucher deux personnes de plus pour développer son affaire et proposer des prix concurrentiels.

Le début de l’écoconstruction à La Réunion

Logée au Tampon, la société Bourbon Isolation Écologique (BIE) créé par Pierre Bassoul en août 2009, propose aux particuliers et professionnels, une gamme de produit bio visant à isoler tout types de construction. Pierre Bassoul explique que « dans le contexte actuel, la création de cette société m’est apparue comme une aubaine ». Le programme GERRI et le projet Réunion Ile Verte ont été les indicateurs favorables. De plus, la RTAA DOM (réglementation thermique acoustique aération pour les DOM) qui sera applicable en mai 2010, va imposer dans les départements d’Outre-mer les règles de construction de l’habitat et des infrastructures plus adaptées à la réalité locale, et donc plus contraignantes en terme de confort thermique et d’économies d’énergie.
Le but de BIE est, selon le site de Pierre Bassoul, www.bie.re, « d’améliorer les conditions de vie quotidienne tout en réalisant des économies d’énergie (climatisation dans les bas, chauffage dans les hauts) ». Le ouate de cellulose est à base de vieux journaux recyclés. Utilisée comme isolant, il est peu coûteux et écologique. En effet, sa production nécessite peu d’eau, peu d’énergie et n’est pas polluante.
Le bémol de cette technique est l’utilisation de sel de bore pour la rendre plus résistante aux agressions des insectes qui s’en nourrissent, des rongeurs, et du feu. Le sel de bore est un produit chimique à base de borax, qui s’avère être toxique pour la santé.

Vers l’autonomie énergétique

« Cette méthode va permettre de répondre aux attentes du million d’habitant d’ici 2030 » a expliqué le fondateur de BIE. En vue de la hausse démographique et de la demande croissante de logement, des solutions innovantes doivent être trouvées. Les autorités responsables de l’application du droit au logement devront trouver un moyen de loger des milliers de personne à un faible coût, mais surtout en respectant l’environnement, « l’ouate de cellulose est l’une réponse à cette problématique à venir » a ajouté Pierre Bassoul.
Ces perspectives environnementale et démographique ont été mise en avant par l’Alliance qui souhaite une politique environnementale durable pour La Réunion, ce qui passerai par une autonomie énergétique. Cette technique d’isolation permettrai des économies d’énergie et le développement de l’éco-construction à La Réunion. Mais elle est également créatrice d’emploi, car BIE envisage de créer une nouvelle usine, avec des dizaines d’employés, rien qu’avec le recyclage des journaux.

Céline Tabou


Kanalreunion.com