Economie

Le géranium (troisième partie)

Productions agricoles, hors la canne, de nature à booster notre développement économique…

Georges Gauvin / 11 avril 2015

Selon le dossier de la CAHEB(coopérative des huiles essentielles de Bourbon « Il y a deux sortes de géraniums, ceux à grandes fleurs et ceux à feuillage odorant. Ce sont les richesses de ces derniers qui servent à la fabrication de l’essence de géranium. Leurs feuilles sont couvertes de milliers de poils minuscules, reliés à des glandes, qui lorsqu’on les froisse, ou sous l’action de la chaleur, libèrent des huiles aromatiques aux parfums délicieux. C’est cette caractéristique qui leur a valu le nom de pélargonium odorant

Inconvénients du système de distillation traditionnelle

On connaît les inconvénients de la distillation traditionnelle : il y a tout d’abord la question de l’approvisionnement en eau, l’utilisation du bois, la lenteur et la faible productivité que cela entraîne. Il est certain que la modernisation des distilleries s’impose mais cela n’est pas envisageable sans une augmentation de la production de feuilles au champ et sans la levée des blocages liés à la distillation. 

Des innovations sont possibles pour le bois :

A) La collecte du bois :
Il est nécessaire de collecter du bois. Il en faut beaucoup et la collecte est longue ; L’utilisation du bois comme combustible contraint à un ramassage long et à des transports coûteux.

B) le gaspillage énergétique :
Pour obtenir les cent kilos de vapeur nécessaires à la mobilisation de l’huile contenue dans les petits réservoirs associés aux milliers de poil, il faut chauffer deux cent cinquante litres d’eau (cent litres utiles+cent cinquante litres destinés à éviter la surchauffe du fond de la cuve)

C) un contrôle difficile de la régularité du flux de vapeur du fait d’un chauffage Long et discontinu avec la nécessaire observation d’un délai important de la mise en température à chaque distillation.
Des améliorations possibles en vue d’une meilleure rentabilité de la distillation.(dossier de la CAHEB)

A) L’approvisionnement en eau :
elle peut être facilitée par l’aménagement de petites retenues collinaires, si elles sont bien placées et alimentée à chaque pluie à un niveau supérieur à la distillerie située en plein champ rendant ainsi une alimentation en eau plus facile et moins pénible que lorsque le point d’eau se trouve en contrebas dans une ravine. Cela évite la corvée d’eau.

B) Enchaînement des charges et palan sur rails.
Avec déchargement des déchets et leur transport vers une fosse de compostage.

C) Stockage du bois et fours à circulation d’air chaud.
Ce système au point techniquement améliore les performances de la distillerie, la réduction des temps de cuite, l’économie du combustible. Par ailleurs l’utilisation de brûleurs sans bois peut être envisagée : fuel, gaz… et pourquoi pas le solaire et éventuellement les gaz issus du compostage des déchets ;

Ceci implique selon la CAHEB des distilleries plus performantes afin d’accroître leur capacité de distillations, avec pour objectifs la réduction des temps de distillation, l’augmentation des volumes traités, et l’économie maximale de combustible et de main-d’œuvre. La plupart des solutions techniques à mettre en œuvre existent déjà et des matériels éprouvés existent sur le marché, et sont couramment utilisés ailleurs pour récupérer les essences de “géranium” ou d’autres plantes similaires.. Compte tenu des coûts la création de CUMA pourrait être envisagées.

Une huile essentielle de qualité..

Il ressort du dossier wikipedia que l’essence de géranium fabriquée chez nous est reconnue pour sa qualité qui tient avant tout de sa composition chimique.L’huile de géranium Bourbon, produite à La Réunion, est la plus estimée. Elle est considérée comme fournissant un étalon de qualité pour les autres. Sa qualité résulte de l’équilibre entre d’une part des teneurs modérées en cétones-ce qui serait un critère de qualité pour l’essence de géranium produite chez nous – et d’autre part des teneurs importantes en alcools (citronellol, géraniol, linalol).

(à suivre)


Kanalreunion.com