Economie

Le plan de sauvegarde du groupe Caillé validé

Tribunal de commerce

Témoignages.re / 15 septembre 2011

C’était hier, mercredi 14 septembre 2011, que le Tribunal de commerce a rendu sa décision concernant le plan de sauvegarde du groupe Caillé. Le groupe bénéficie d’une période de dix ans pour rembourser ses 221 millions d’euros de dettes. Philippe Lauthier, président du groupe Caillé, et François Caillé, ancien dirigeant et actionnaire, se sont dit « contents » et « soulagés », en ayant une pensée particulière pour les plus de 2.000 salariés concernés dans cette affaire.

Le groupe Caillé aura dix ans pour rembourser les 221,6 millions d’euros. Un remboursement qui s’effectuera de façon progressive, de 7% du passif la première année pour atteindre 23% la dernière année. Le premier versement devra être fait d’ici la fin du mois de septembre 2012.



Le plan de sauvegarde a été validé par le Tribunal de commerce. Un soulagement pour François Caillé, ancien dirigeant du groupe, qui s’est exprimé : « Je suis content de cette décision, et soulagé que tout ça soit enfin fini. On a maintenant dix ans devant nous pour relever la tête. Il y aura encore certainement des difficultés, mais je suis confiant en l’avenir ». « J’ai quand même une pensée très forte pour ceux qui sont restés sur le carreau », a souligné l’ancien directeur, faisant allusion à l’annonce du Tribunal de commerce de la liquidation judiciaire de la société Caillé Distribution, spécialisée dans les pièces détachées, et de Mayotte Autos.



Les autres sociétés en redressement judiciaire (Locamac, Camaloc, GIE Autoloc, Interréunion, Jules Caillé Motocycles, SNTM et RAM) ont trouvé des acquéreurs. Le sort de la société Sorequip sera connu dans quelques jours. Le potentiel repreneur a jusqu’au 28 septembre, dernier délai, pour finaliser son offre. Autrement, l’entreprise pourrait être placée en liquidation judiciaire. 



De son côté, Philippe Lauthier, actuel PDG du groupe Caillé, a livré : « On a connu des moments très difficiles ces derniers mois. Mais le plus dur n’est pas derrière nous. On est en train de mettre en place le plan pour répondre aux prochaines échéances. Pour cela, on mise plus particulièrement sur la branche Automobile et la Distribution », explique-t-il. Il va aussi falloir convaincre les fournisseurs de leur accorder leur confiance. 



www.ipreunion.com


Kanalreunion.com