Economie

Le quartier d’affaires La Mare s’agrandit

Pose de la première pierre des Cuves hier

Témoignages.re / 17 juin 2010

Alors que l’économie réunionnaise a besoin de foncier pour se développer, CBO Territoria continue à aggrandir le quartier d’affaires de La Mare. La deuxième tranche du programme Les Cuves de La Mare a démarré hier.

Hier, CBO Territoria a posé la première pierre de la deuxième tranche du programme Les Cuves de La Mare. Située sur le site de l’ancienne usine sucrière, cette opération va proposer 3.350 mètres carrés de bureaux. Près de 17.000 mètres carrés ont déjà été livrés et habritent aujourd’hui des entreprises comme Groupama, Sorefi, Nextiraone ou encore le Pole Emploi. 700 salariés y travaillent.
L’objectif de CBO Territoria est de « faire des zones d’activités d’une certaine ampleur, qui deviennent des adresses pour les entrepreneurs », indique François Lavenu de CBO Territoria, mais en y ajoutant des parkings, des restaurants, une crèche, des locaux d’activités physiques et sportives, « des centres de vie où les salariés se sentent bien pour travailler ».
La deuxième tranche des Cuves de La Mare devrait être livrée début 2011. Pour cette opération, CBO Territoria a adopté des « principes de développement durable », tels que la conception bioclomatique des immeubles, la climatisation collective, l’isolation des façades, les panneaux photovoltaïques sur les toitures, la mixité des activités et des services, la mutualisation des charges collectives.
La pose de cette première pierre des Cuves de La Mare a eu lieu suite au 3ème Club des Entrepreneurs organisé par l’Agence de développement sur le thème des “Enjeux, freins et solutions en foncier et immobilier d’entreprise à La Réunion”. Pour le développement économique de l’île, la question du foncier est inévitable. Les besoins sont estimés à 800 hectares de terrains. La moitié seulement de ce foncier nécessaire est identifiée dans les documents d’urbanisme tels que le SAR (Schéma d’aménagement régional) et les PLU (Plans locaux d’urbanime), mais ces terrains « ne sont pas toujours opérationnels à très court terme », note Jean-Louis Grandvaux, directeur de l’EPFR (Etablissement public foncier de La Réunion).
L’EPFR dispose de 200 hectares (160 terrains) pour les zones d’activités ou touristiques. Sur 68 hectares (24 terrains), des projets sont en cours (Bas-Panon, Saint-Benoît, Tampon, Saint-Joseph, Trois-Bassins).
Selon une estimation de l’Agence de développement, une centaine d’emplois directs seraient bloqués par la problématique du foncier disponible et aménageable.

EP


Kanalreunion.com