Economie

Les déchets REP : Le SICR et l’ADEME présentent un bilan 2014 encourageant

Responsabilité Elargie du Producteur

Témoignages.re / 6 mai 2015

La gestion des déchets d’activités de soins à risques infectieux pour les patients en auto-traitement (Dasri-Pat), d’accumulateurs automobiles et industriels, d’éléments d’ameublement (DEA), d’équipements électriques et électroniques (DEEE), de lampes, de panneaux photovoltaïques, de piles et de pneumatiques relèvent de la Responsabilité Elargie du Producteur – REP.

JPEG - 68.7 ko

A La Réunion, les éco-organismes qui ont la compétence d’organiser la collecte et le traitement des déchets REP, ont confié au SICR un mandat de représentation ; et pour certains d’entre eux la mission de facilitateur local.

Le bilan 2014 présente l’état d’avancement des filières ainsi que les faits marquants de l’année : lancement opérationnel de la filière Dasri-Pat, déploiement des filières DEEE professionnels, inauguration de la nouvelle unité de traitement des DEEE et colloque « Les filières REP, une chance pour l’économie circulaire ».

Les éco-organismes nationaux représentés par le Syndicat de l’Importation du Commerce à La Réunion (SICR) dans le département sont
- Eco-systèmes pour les DEEE ménagers et professionnels : petits et gros électroménagers, matériels informatique, téléphonie, climatisation, ventilation, cuisine professionnelle, froid commercial, pressing, blanchisserie
- Recylum pour les lampes, les matériels d’éclairage, les dispositifs médicaux, les instruments de surveillance et de contrôle
- Eco-Mobilier pour les éléments d’ameublement domestiques et toute la literie - DASTRI pour les DASRI perforants des patients en auto-traitement
- Corepile pour les piles et petites batteries portables
- Et depuis le 1er Mai 2015, PVCYCLE pour les panneaux photovoltaïques
Le SICR représente également des acteurs déchets du secteur automobile
- 2 organismes collectifs qui reposent sur l’engagement des importateurs locaux : ATBR pour le traitement des accumulateurs automobiles et industriels et AVPUR pour celui des déchets de pneumatiques
- des centres de Véhicules Hors d’Usage (VHU)

Déploiement opérationnel de nouvelles filières

DASRI-PAT, une filière atypique dont la vocation sanitaire prime sur la vocation environnementale.
DASTRI-PAT intervient dans le département depuis février 2014, avec un prestataire de collecte local SMD-CDI. Toutes les pharmacies de l’île sont mobilisées dans la distribution gratuite des boîtes à aiguilles aux patients en auto-traitement. Aujourd’hui, 216 pharmacies sont inscrites comme points de collecte des boîtes à aiguilles.
Le côté atypique de la filière tient du fait qu’il n’est pas envisageable de demander à un patient d’utiliser moins de produits générant des DASRI. Il est également difficile de fixer des objectifs de recyclage au regard du risque infectieux.

DEEE, des filières de plus en plus engagées sur le territoire
Eco-Systèmes, qui intervient à La Réunion depuis 2007 sur les DEEE ménagers, déploie également sur l’île son service Eco- systèmes Pro pour les déchets relevant des catégories qu’il représente.
Récylum, qui intervient aussi à La Réunion depuis 2007 sur les lampes, a accentué son action sur l’île en offrant aux professionnels le service de collecte, de dépollution et de recyclage des DEEE du bâtiment, de l’industrie, de la recherche et du médical.
PV Cycle est le dernier né des éco-organismes. En effet, depuis le 1er janvier 2015, l’Etat français a créé une 11ème catégorie de DEEE pour les panneaux photovoltaïques. PV Cycle a sollicité le SICR pour accompagner la mise en œuvre opérationnelle de la filière à La Réunion.

DEA, une filière en recherche de solutions opérationnelles locales
Deux études ont été menées en 2014, une par l’ADEME et une par l’éco-organisme Eco-Mobilier, afin de définir les gisements, identifier les acteurs potentiels de collecte et de traitement ainsi que les exutoires. L’année 2015 sera déterminante pour le déploiement de la collecte ainsi que pour la définition des solutions de valorisation. A noter qu’en l’absence de solution de traitement local, le rapatriement des déchets vers la métropole n’est pas envisagé.

Temps forts 2014

L’inauguration de la nouvelle unité industrielle pour le traitement des DEEE
En octobre, la société RVE a inauguré la 1ère unité industrielle de dépollution et de traitement des DEEE dans les DOM et dans la zone OI. La société, qui emploie 70 salariés, a vocation à accueillir les DEEE de Mayotte.

Le colloque « Les filières REP, une chance pour l’économie circulaire »
Cet évènement organisé par le SICR avec l’aide de l’Ademe et de la Région Réunion a placé, d’une part les filières REP au cœur de l’économie circulaire et d’autre part, a souligné l’opportunité de rechercher des pistes de mutualisation pour une gestion optimisée des déchets de la Zone OI.

Efficience des filières

En fonction de leur ancienneté, de leurs spécificités et de leurs problématiques, les filières REP sont à des stades d’avancement et à des niveaux de performance différents. Les Eco-organismes et associations qui en assurent la gestion sont des structures privées à but non lucratif, qui ont « une mission d’intérêt général à coût maîtrisé ». Cela suppose la couverture de la filière en amont avec la contribution effective des producteurs, le déploiement des solutions de collecte en aval et le respect des règles en vigueur par les différentes parties prenantes.


Kanalreunion.com