Economie

Les défis de l’économie du numérique

Publication d’une étude de l’OCDE

Témoignages.re / 16 juillet 2015

Les pays ont intensifié leurs efforts pour développer leur économie numérique de sorte à en optimiser les bienfaits économiques et sociaux, mais doivent désormais s’atteler à gérer les bouleversements qu’elle risque de provoquer dans des domaines tels que la protection de la vie privée et l’emploi, selon une nouvelle étude de l’OCDE.

Intitulée Perspectives de l’économie numérique 2015 de l’OCDE, l’étude révèle que la plupart des pays ne se concentrent plus exclusivement sur les technologies des communications, mais ont adopté une approche plus globale du numérique, intégrant les priorités économiques et sociales. Pourtant, aucun pays de l’OCDE ne dispose d’une stratégie nationale de protection de la vie privée sur l’internet, ni ne finance la recherche dans ce domaine, lequel tend à être considéré comme le pré carré des organismes d’application de la loi.

L’étude – dont le champ va de la pénétration du haut débit et la concentration du secteur des communications à la neutralité des réseaux et l’infonuagique, cloudcomputing, dans les pays membres et partenaires de l’OCDE comme le Brésil, la Colombie et l’Égypte –, souligne par ailleurs que davantage d’efforts doivent être déployés pour proposer des formations axées sur le développement des compétences en matière de technologies de l’information et des communications (TIC), afin de favoriser la transition vers les nouveaux types d’emplois de l’ère du numérique.

« L’économie numérique recèle un potentiel considérable de croissance économique et de bien-être, qui ne pourra toutefois être exploité pleinement que si la confiance est là », déclare M. Andrew Wyckoff, Directeur de la Direction de la science, de la technologie et de l’innovation de l’OCDE. « Tout va très vite, avec l’arrivée de l’analytique des données massives et de l’internet des objets, et nous devons nous préparer à gérer l’impact de ces évolutions non seulement sur la vie privée, la sécurité et la confiance en ligne, mais aussi sur les compétences et l’emploi ».

Selon une enquête réalisée par l’OCDE en 2014, 26 pays sur 29 placent le déploiement de l’infrastructure haut débit en tête de leurs priorités ; pour 19 pays sur 28, la protection de la vie privée et la sécurité numérique viennent en deuxième et troisième positions. Lorsqu’on leur demande de se projeter dans un avenir proche, les pays citent en premier lieu le développement des compétences, suivi de l’amélioration du service public et de la création de contenus numériques.

D’autres enquêtes citées dans l’étude révèlent que deux tiers des personnes sont davantage préoccupées par le respect de leur vie privée en ligne qu’elles ne l’étaient un an auparavant, et que seul un tiers considère que les informations à caractère personnel sont correctement protégées. Plus de la moitié craignent la surveillance exercée par les organismes publics.

D’autres conclusions se dégagent des Perspectives de l’économie numérique :

- Sur 34 pays sondés, 27 disposent d’une stratégie numérique nationale, qu’ils ont pour la plupart adoptée ou révisée en 2013 ou 2014. La majorité des stratégies sont axées sur l’infrastructure de télécommunications, la capacité des réseaux haut débit, et le débit. Les questions internationales telles que la gouvernance de l’internet n’y sont que rarement abordées.

- Sept pays de l’OCDE sur 34 affichent plus d’un abonnement au haut débit mobile par habitant. Dans près des trois quarts des cas recensés dans la zone OCDE, les smartphones sont utilisés dans le cadre d’un accès Wi-Fi privé via un réseau fixe.

- Tous les pays de l’OCDE comptent au moins trois opérateurs de téléphonie mobile, sachant que la majorité d’entre eux en dénombrent quatre. Les tarifs des services mobiles ont considérablement diminué entre 2012 et 2014. Les baisses les plus marquées ont été enregistrées en Italie, en Nouvelle-Zélande et en Turquie. À l’inverse, les prix ont augmenté en Autriche et en Grèce.

- Dans les pays de l’OCDE, le secteur des TIC employait plus de 14 millions de personnes en 2013, soit près de 3 % des actifs de la zone formée par les 34 pays sondés. La part du secteur des TIC dans l’emploi total oscille entre plus de 4 % en Irlande et en Corée et moins de 2 % en Grèce, au Portugal et au Mexique.

- Orientés à la hausse, les investissements en capital-risque dans les TIC sont à leur plus haut niveau aux États-Unis depuis l’éclatement de la bulle internet.

- La Chine arrive en tête des exportations brutes mondiales de biens et de services TIC, mais est devancée par les États-Unis en valeur ajoutée, en raison notamment de la forte présence de services TIC américains dans les produits de demande finale. L’intégration de services TIC explique aussi en partie la progression de la part de l’Inde et du Royaume-Uni en valeur ajoutée.

- Parmi les pays membres et partenaires de l’OCDE, la Corée apparaît comme le plus spécialisé dans les produits informatiques, électroniques et optiques, et le Luxembourg, dans les télécommunications ; l’Irlande, la Suède et le Royaume-Uni sont, quant à eux, davantage tournés vers les technologies de l’information et autres services informatiques.


Kanalreunion.com