Economie

Maurice : 50.000 touristes de plus qu’en 2009
La Réunion : 1.600 touristes de moins qu’en 2009

Premier résultat concret du concept des Iles Vanille ?

Manuel Marchal / 13 mai 2011

En 2009, La Réunion avait remarquablement tiré son épingle du jeu en réussissant à faire croître sa fréquentation touristique dans un contexte de crise mondiale. En 2010, la reprise a fortement profité à nos voisins mauriciens, mais à La Réunion le nombre de touristes diminue. Est-ce l’effet Iles Vanille ?

Dès son arrivée à la Région, Didier Robert s’est fait l’avocat d’une politique de rapprochement avec un seul pays de notre région, l’Île Maurice. Pour traduire cette orientation, il s’est fait l’avocat du concept Iles Vanille. Il s’agit en théorie d’utiliser les complémentarités des deux îles pour les faire progresser ensemble. L’ambition clairement affichée est de capter une part des plus de 900.000 touristes qui viennent à Maurice.
2010 a été la première année de la mise en pratique de cette orientation, et le résultat est éloquent : à Maurice, 50.000 touristes supplémentaires ont été accueillis tandis qu’à La Réunion, la fréquentation a baissé pour la première fois depuis la crise du chikungunya.
Comment expliquer cette différence ? Il est intéressant de revenir quelques mois en arrière. C’était lors du salon "Top résa" à Paris en septembre dernier.
Selon l’Office du tourisme de Maurice, les choses sont claires. L’objectif est de « faire de l’Ile Maurice la destination naturelle des Français ».
« Afin d’atteindre son objectif de croissance de 8% d’arrivées de touristes en 2010, le marché français va être au centre d’une densité promotionnelle rare visant à faire de l’Ile Maurice la destination naturelle des Français » indiquait alors, le directeur de l’Office du tourisme de Maurice, le Dr Karl Mootoosamy. L’Office du tourisme déclinait alors « une série d’actions, visant à conforter le marché français et à atteindre son objectif de croissance de 8% d’arrivées fin 2010, sera mis en place en France avec notamment le lancement de la nouvelle campagne "Divine Ile Maurice". »
Pour sa part, le ministre mauricien du Tourisme était venu pour discuter avec l’État français de la connexion aérienne inter-îles, et des Iles Vanille. Il faut rappeler qu’en 2009, le marché français a apporté à Maurice près de 32% de ses touristes, une part en augmentation constante depuis la crise du chikungunya.
Or il s’avère que la cible privilégiée par la délégation mauricienne à Paris est un pays qui fournit 80% des touristes qui visitent La Réunion. Autrement dit, la stratégie de nos voisins a été de venir renforcer la concurrence sur le premier marché de l’industrie touristique réunionnaise.
Le bilan de l’année touristique 2010 montre le résultat de ces choix. Pour Maurice, après une année 2009 très difficile, 2010 a marqué un retour au-dessus de la barre des 900.000 touristes. Mais pour La Réunion, c’est la chute après plusieurs années de progrès.

 M.M. 


Baisse historique du nombre de touristes mauriciens

Parmi les causes de la baisse figure justement la diminution du nombre des touristes mauriciens. Avec 18.400 visiteurs l’an dernier, c’est le plus bas niveau observé depuis au moins 2004.
L’année précédente, c’est vers les Réunionnais que les Mauriciens se sont tournés pour sauver leur industrie touristique en proposant de faciliter la venue dans leur pays. Dans ce sens, la solidarité avait fonctionné.


Kanalreunion.com