Economie

Mayotte : « une économie en rattrapage soutenue par la dépense publique »

L’INSEE publie les chiffres du PIB de Mayotte l’année de sa transformation en département français

Témoignages.re / 28 octobre 2014

Lors d’une conférence de presse hier, l’INSEE de Mayotte a présenté les chiffres du PIB de 2011. Entre 2005 et 2011, la croissance annuelle de 8,7% a été portée par les transferts publics, précise l’INSEE. Voici le communiqué présentant cette étude.

« Le produit intérieur brut (PIB) de Mayotte est estimé à 1 575 millions d’euros en 2011. La croissance est particulièrement dynamique depuis 2005 puisque le PIB progresse de 65 %, soit + 8,7 % en moyenne par an. Le PIB par habitant atteint 7 900 euros en 2011, en progression de + 5,8 % par an depuis 2005. Il reste très éloigné du niveau national qui est quatre fois plus élevé ou de celui de La Réunion (2,4 fois plus élevé).

Les dépenses des administrations publiques portent la croissance

La consommation des administrations publiques (APU) représente près des deux tiers du PIB. Elle augmente de 360 millions d’euros entre 2005 et 2011 en lien notamment avec l’implantation de nouvelles administrations. Dans le même temps, le nombre de fonctionnaires payés par l’État a plus que doublé, passant de 3 300 en 2005 à 7 400 en 2011. L’augmentation des prestations sociales en nature contribue aussi à la hausse des dépenses des APU. Avec 819 millions d’euros en 2011, la consommation finale locale des ménages double depuis 2005 et contribue à 61 % de l’augmentation du PIB. L’accroissement du revenu disponible des ménages explique cette progression. Il a été multiplié par deux durant cette période, passant de 604 millions d’euros à 1 136 millions d’euros.

Les salaires des administrations publiques ont doublé

Depuis 2005, le revenu est porté par la hausse des rémunérations versées par les administrations publiques, qui doublent sur la période en lien avec la croissance des effectifs. L’augmentation du salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) et la mise en place ou l’extension de droits sociaux (assurance chômage, retraite, etc.) contribue également à l’amélioration du niveau de vie des ménages. À l’échelle individuelle, le revenu disponible brut par habitant atteint 5 500 euros en 2011, soit 60 % de plus qu’en 2005. La dépense de consommation par habitant a également progressé de 60 % depuis 2005 et s’élève à 4 430 euros.

L’investissement augmente faiblement

Avec un montant de 246 millions en 2011, l’investissement n’augmente que de 15 % en valeur depuis 2005.
Il est très dynamique chez les ménages et les entrepreneurs individuels, mais reste quasiment stable pour les sociétés et recule de 6 % pour les administrations, suite aux difficultés financières du Département.
La dernière composante du PIB est le commerce extérieur. Comme la plupart des économies insulaires, Mayotte importe plus de biens qu’elle n’en exporte : le déficit des échanges avec l’extérieur est de 460 millions d’euros en 2011.

La valeur ajoutée des sociétés reste faible

En 2011, les sociétés non financières dégagent une valeur ajoutée (VA) de 313 millions d’euros, soit 50 % de plus qu’en 2005. Leur part dans la valeur ajoutée totale reste très faible (22 %), loin des niveaux nationaux (57 %) ou réunionnais (35 %). La valeur ajoutée des administrations publiques est estimée à 813 millions d’euros en 2011. Elle représente plus de la moitié de la valeur ajoutée dégagée à Mayotte (18 % au niveau national). La forte contribution des administrations à la valeur ajoutée totale est due à la faible part des entreprises dans la production économique. »


Kanalreunion.com