Economie

« Non aux APE »

Des Sénégalais craignent la ruine de leur économie et des milliers d’emplois supprimés

Céline Tabou / 14 janvier 2015

Les accords de partenariat économies (APE) sont vivement décriés à La Réunion, mais également au Sénégal, où une coalition intitulée « Non aux APE » fait pression sur le gouvernement pour qu’il ne signe pas ces accords avec l’Union Européenne.

On pouvait lire « La signature de l’APE. Un suicide pour les économies de nos pays » sur un drap tendu par plusieurs hommes, lors d’une manifestation au Sénégal contre les APE entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne.
En ce début d’année, la coalition exige du gouvernement de Macky Sall un débat national sur la question des « politiques apocalyptiques » telles que les APE. Pour Guy Marius Sagna, premier responsable de cette coalition, le président sénégalais Macky Sall à l’obligation d’ouvrir des discussions autour des APE.

Alerter des dangers de ces accords

Depuis le début des négociations entre les dirigeants africains et Bruxelles dans les années 2000, les membres de la coalition n’ont jamais cessé d’alerter des « graves dangers que comportent ces Accords de partenariats économiques ». D’autant plus que ces accords vont entraîner une « libéralisation du commerce dans les pays africains signataires ainsi que les autres aspects liés aux services ».
« Les usines ferment, les entreprises n’arrivent pas à soutenir la concurrence avec les produits étrangers qui entrent dans le pays et c’est pourquoi nous sommes contre les APE. Si nous l’acceptons la situation va s’aggraver », a expliqué à la presse Marius Sagna.
Cette coalition s’est élargie au cours des années, désormais composée d’organisations de la société civile, de syndicats, de mouvements citoyens et des partis politiques, elle dénonce ces accords qui s’apparente à un « pillage économique ». La coalition craint une accentuation de la pauvreté, du chômage et déséquilibre dans tous les secteurs économiques du pays.
Pour ces derniers, ces accords sont surtout un moyen pour l’Union européenne de « faire des pays africains des débouchés pour leurs excédents de production de ses multinationales ». Lors d’une conférence de presse, le 2 janvier, la coalition « Non aux APE » a assuré qu’elle n’allait pas se laisser faire.
« Il n’est pas question pour nous d’accepter une politique de fait accompli, consistant à passer par-dessus le peuple pour faire passer en contrebande pour l’adoption des APE », a réaffirmé Marius Sagna, coordonnateur de la coalition.
La coalition propose en parallèle le développement de l’économie nationale, l’intégration africaine ou encore le patriotisme économique, comme solutions alternatives.

Rejet catégorique de ces APE

« Malgré nos sorties répétitives pour montrer notre opposition aux APE, l’Etat du Sénégal continue de faire le muet. Mais croire que notre combat est perdu d’avance, c’est se tromper lourdement. Car nous comptons faire une campagne de sensibilisation pour inciter la population sénégalaise au rejet de ces Accords de paupérisations économiques, mais également utiliser, s’il le faut, les voies juridiques et tous les moyens possibles que la CEDEAO nous permettra de dénoncer ces accords de partenariat économiques », a expliqué Marius Sagna.
En effet, face au silence du gouvernement, la coalition a annoncé qu’elle mènera prochainement des actions afin d’inciter l’Etat Sénégalais à rejeter les APE. Cela se traduit par « une plainte ou même une marche jusqu’au Palais ». « Nous allons ainsi contraindre nos dirigeants à renoncer à la signature de ces accords de partenariat et pour enfin les mettre devant leurs responsabilités », a indiqué le coordinateur.
Ajoutant que les membres de son organisation « n’accepteront pas la décapitation de leurs secteurs productifs au profit des multinationales européennes et l’assassinat de la jeunesse, de la paysannerie et de la classe ouvrière ».
D’autant plus « la signature des APE pour les pays ouest-africains aura pour conséquences le choc sur la balance des paiements, imposant des ajustements sur les revenus (…), le choc agricole, qui remettra en question la pérennité des agricultures vivrières de subsistance, entre autres », selon les membres de la coalition interrogée par Senenews.
Raison pour laquelle, la coalition a invité le gouvernement « dans les meilleurs délais, à consulter le peuple sénégalais dans le cadre du dialogue national sur la question des politiques apocalyptiques que sont ces APE. Et nous invitons les forces vives du Sénégal et d’ailleurs à faire un bloc autour du rejet de ces accords qui ne sont qu’une recolonisation déguisée de notre Afrique ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • je suis convaincue plus que jamais qu’il faut dire non aux APE mais je le suis sur la base de experiences anterieures des rapports nord sud en général, sur la base de sentiment d’injustice et d’exploitation des pays européens qui trouvent et ont trouvé toujoutìrs les moyens de tirer le maximum de profit de l’exploitation de l’Afrique.. du fait que ces accords permettent aux pays européens de faire circuler librement seulement ce qui les interesse, leurs marchandises, qu’ils pourront vendre en Afrique et non par exemple les hommes, avec les consequences desastreuses qu’on voit sur la mediterannée. Mais toutes ces raisons qui me poussent a dire NON aux APE sont un peu trop generales et vagues. On aurait besoin d’avoir un texte simple et très clair disant en quelques mots les termes de ces accords et les consequences point par point sur nos économies et nos populations. Ceci nous permettrait de mener un combat beaucoup plus clair et conséquent et convaincre beaucoup plus de gens sur l’enjeu. Merci

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com