Economie

Participer activement au développement de l’île

Assemblée générale de l’Agence de développement de La Réunion

Cinthia Fontaine / 17 juin 2011

Hier a eu lieu l’Assemblée générale de l’Agence de développement (AD) de La Réunion. Après une première partie statutaire, une table ronde sur le thème de la conquête de nouveaux marchés était organisée autour du témoignage de cinq entrepreneurs d’entreprises réunionnaises.

L’Assemblée générale était présidée par Jean-François Moser, le président de l’agence, autour duquel étaient réunis Jean-François Dutertre, président de la DIECCTE, représentant l’État, David Lorion pour le Conseil régional, Jismy Souprayenmestry, directeur général de l’Agence de développement de La Réunion (AD), Mourad Guelalta pour la CCIR et Maurice Cérisola de l’ADIR. A l’ordre du jour, les rapports de l’année 2010, le plan de campagne et le programme d’action 2011, ainsi que le renouvellement des administrateurs.

L’AD, qui a 23 ans d’existence, réunit tous les principaux acteurs économiques de La Réunion. Son Conseil d’administration est d’ailleurs une vitrine des acteurs du développement de La Réunion : Conseil général, Conseil régional, Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion, Chambre de métiers et de l’artisanat, Chambre d’agriculture, UMIH, ADIR, CDC, MEDEF, CGPME, ARTIC, TEMERGIE, FRBTP… Elle concentre son action sur 4 missions dans les filières agroalimentaires, TIC, Énergie et Environnement, services à la personne et services aux entreprises, BTP et Tourisme :

- l’accompagnement des entreprises dans l’implantation et le développement de l’activité ;

- la prospection d’entreprises nationales ou internationales pour des investissements à La Réunion et l’inverse ;

- la connaissance et la participation au réseau réunionnais et la recherche des compétences dont l’île a besoin ;

- la communication positive sur le dynamisme économique réunionnais et l’accompagnement des entreprises à l’export.

Elle possède des contacts avec 27 agences dans 24 pays. En 2010, Frédérique Poulet de l’agence d’Aix a rencontré 147 entreprises et a su nouer des contacts appelés à se transformer en projets d’implantation. Cette présence en France a permis la participation et donc la représentation de l’île dans 30 Salons et Forum économiques.

Sur l’année 2010, les chargés de mission basés à La Réunion ont accompagné 213 projets. Quinze projets ont été implantés, ce qui représente entre 250 et 300 emplois, et 29 projets sont en voie d’implantation. La moitié des projets se situe dans le Nord.

L’agence a aussi accueilli sur l’île 14 porteurs de projets d’entreprises extérieures. Elle veut être un outil d’appui au développement des entreprises réunionnaises. Pour cela, elle met à leur disposition les outils nécessaires (chargé de mission, communication, connaissance des filières…), initie des études et met en place des partenariats. Elle s’est par exemple mobilisée sur la plateforme Maurice/Réunion initiée par le Joint Economic Council et La Réunion Économique, et un partenariat est en cours avec l’homologue mauricien de l’AD, le Board of Investment.

A la conquête des marchés extérieurs

Pour cette assemblée, l’agence a souhaité évoquer le thème de la conquête de nouveaux marchés en mettant en avant les témoignages de 5 entrepreneurs partis à la conquête de l’extérieur.

Patrice Galbois, président-directeur général de Corex, entreprise d’installation et de maintenance de photovoltaïque, a parlé de ses liens avec une entreprise corse et de sa reprise d’un fonds de commerce à Cagnes-sur-Mer. Son projet de développement, un peu tardif, selon lui, s’est heurté aux nouvelles législations concernant le solaire. Cela lui a imposé un changement de stratégie en élargissant son domaine de compétences à l’habitat écologique. Son entreprise survit avec difficulté à ce changement brutal, elle espère tenir cette transition, et est passée de 60 personnes à La Réunion à 15. Elle emploie 6 personnes en France. L’entreprise est en attente d’un partenariat OSEO et AFD.

Yohann Gasnier, directeur de la TEEO, solution logiciel de comptabilité énergétique, a parlé de son implantation dans la région Rhône-Alpes. L’exportation a été dès le départ un but de TEEO, le contact s’est fait avec cette région. Les contacts mis en place par l’AD ont été pertinents. L’entreprise est actuellement hébergée par la RAI, qui est un incubateur d’entreprises. L’installation dans la région Rhône-Alpes a été évidente. C’est un des deux principaux bassins métropolitains et elle dispose du cluster en énergie. C’est une porte vers un marché international.

Richard Ruz Guindos, directeur de GET 974, a parlé de la société ODOM Services, qui est un prestataire de services à domicile positionné sur le secteur marchand. Son partenariat avec une entreprise nationale dans le but de se développer localement s’est mis en place de manière très méthodique avec l’aide de l’AD. Les services à la personne sont des prestations complexes et très réglementées. L’entreprise emploie 40 personnes pour environ 150 clients. Elle souhaitait se rapprocher d’une entreprise similaire afin d’opérer un partage des connaissances (process, logiciel de gestion). L’AD a su jouer, pour lui, son rôle de mise en contact.

Laurent Blériot, président de Bioalgostral, a parlé de son partenariat avec l’entreprise allemande IGV. Entreprise innovante, elle travaille sur la valorisation et la production de biocarburants à partir de microalgues. Pour lui, sans l’AD, l’entreprise n’en serait pas à ce stade de développement. Elle emploie 5 personnes. Le partenariat avec IGV, leader mondial, a permis de sortir des difficultés de l’isolement. L’AD a su vendre les projets innovants de l’entreprise ainsi que celui de La Réunion, territoire qui innove. Pour lui, on a besoin de cette image d’une île unie. Le positionnement sur le marché international représente un risque financier important, mais il est primordial de se faire connaitre et de faire en sorte que La Réunion soit le premier démonstrateur pour l’utilisation des microalgues.
En mars 2011, l’entreprise a intégré le consortium Albius, aux côtés de géants européens tels que EADS, PSA et l’institut de recherche-développement allemand IGV.

Pour finir, Luciano Morel, directeur de RD Tronic, a parlé de sa recherche de partenaires nationaux. Spécialisé dans le traitement et la diffusion de données (GPS), il a été contacté par Frédérique Poulet de l’agence d’Aix, qui avait identifié un certain nombre de sociétés intéressées par l’utilisation de ses données pour analyses (environnementales, urbaines…) afin de créer des suites logiciels à destination des collectivités.

L’Assemblée générale s’est terminée sur la nomination des 10 nouveaux membres du Conseil d’administration.

CF


Kanalreunion.com