Economie

Plus de 150.000 allocataires de minima sociaux : l’urgence de changer de société

Un rebond de croissance insuffisant pour faire face à la crise

Sanjiv Dinama / 4 juillet 2012

L’INSEE a présenté hier le bilan économique de l’année 2011 à La Réunion. Un des faits marquants est l’inflation qui reste très élevée à La Réunion. Les ménages au revenu modeste restent les plus touchés par cette inflation, sachant que près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. De même, les allocataires des minima sociaux n’ont jamais été aussi nombreux, ce qui montre l’aggravation de la précarité dans notre société. L’ensemble de ces chiffres vient confirmer la nécessité et l’urgence d’un profond changement. Il faut construire une société plus juste et créatrice d’emplois.

Les chiffres montrent que malgré une légère amélioration en 2011 du PIB total de 1,2%, celui-ci n’a pas rattrapé la forte chute connue à partir de 2009 (respectivement -2,7% en 2009 et -0,2% en 2010). Concernant le PIB par habitant, l’INSEE note une stabilité en 2011 après deux années de baisse. La forte chute enregistrée en 2009 et celle de 2010 n’ont pas été rattrapées en 2011. Rappelons qu’en 2009, le PIB par habitant à La Réunion avait chuté de 4%.

L’autre chiffre marquant est celui de l’inflation. La Réunion a connu en 2011 un fort taux d’inflation (2,5%). Ce fort taux concernant en premier lieu les secteurs de l’énergie et celui de l’alimentation. En effet, l’énergie contribue à hauteur de 36,4% et l’alimentation à hauteur de près de 20%.

Les ménages au revenu modeste pénalisés

Les ménages au revenu modeste restent les plus touchés par l’inflation. L’inflation pour ces ménages va jusqu’à 2,76% alors qu’il est de 2,5% en moyenne. L’alimentation et l’énergie pèsent lourd sur le budget de ces ménages.
De même, les chiffres font apparaître une aggravation de la précarité à La Réunion. Les allocataires des minima sociaux n’ont jamais été aussi nombreux. En 2011, La Réunion comptait près de 150.300 allocataires d’une des prestations du minimum social. L’évolution est liée à une forte augmentation du chômage à La Réunion sur ces dernières années.

Le coup d’arrêt porté au secteur des énergies renouvelables entraine une chute de la création d’entreprises

Autres chiffres publiés par l’INSEE est celui de la création d’entreprises. En 2011, La Réunion a connu une forte chute de la création d’entreprises de l’ordre de 6,1% alors qu’en 2010, notre île avait connu une forte hausse de créations grâce au secteur des énergies renouvelables. La révision des tarifs d’achat et la fin de la défiscalisation sur le photovoltaïque entrainent une chute des créations d’entreprises dans ce secteur. La Réunion était en avance dans ce domaine. La décision du gouvernement UMP l’année dernière a provoqué une chute du secteur et un retard considérable dans l’élaboration de réseaux intelligents pour la distribution d’électricité. Le nouveau gouvernement va-t-il relancer ce secteur à La Réunion, source de créations d’emplois ?

L’ensemble de ces chiffres vient confirmer la nécessité et l’urgence d’un profond changement. Nous devons construire une société plus juste et solidaire, développer une économie créatrice de richesses et d’emplois, et bâtir un pays exemplaire sur le plan de l’aménagement du territoire et l’environnement.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com