Economie

Plus de réformes en faveur de l’emploi

Annonces de François Hollande

Céline Tabou / 6 février 2015

Alors que les chiffres du chômage mettent en échec la politique économique du chef de l’Etat, ce dernier prévoit de nouvelles réformes pour les jeunes, l’emploi, l’insertion des chômeurs de longue durée et la compétitivité des entreprises.

Lors de sa 5e conférence de presse, François Hollande a assuré que ces réformes étaient les conditions de la cohésion nationale et du maintien du rang de la France. « La France ne peut préserver son unité, tenir son rang, agir en Europe, que si elle est forte économiquement », a déclaré le chef de l’Etat jeudi 5 février.

Raison pour laquelle, ce dernier veut « faire preuve d’audace, de volonté et donc d’initiative. » Des initiatives qui se traduisent par des réformes, qui « devront concerner l’emploi des jeunes, l’insertion des chômeurs de longue durée, améliorer les performances de nos entreprises, faciliter le financement de notre économie ».
Ces réformes devront passer « un dialogue social rénové », après le précédent dialogue social qui a aboutit à un refus total de la part des partenaires sociaux de discuter avec le patronat et l’Etat. François Hollande a confirmé que « l’Etat entendait prendre la main après l’échec, le mois dernier, des négociations des partenaires sociaux sur ce dossier ». « Le texte sur le dialogue social sera préparé en concertation avec les partenaires sociaux (…) et un projet de loi sera présenté au Parlement », a-t-il annoncé.

Selon les chiffres de fin janvier, il y a 3,496 millions de personnes sans aucune activité inscrites à Pôle emploi fin 2014, soit 189.100 de plus en un an. Mais pour le Président, « il n’y a pas de montée inexorable du chômage. » Défendant sa politique économique, il a assuré que « quand je fais le choix de l’économie, de la croissance, c’est pour qu’il y ait plus d’emplois, pas pour faire plaisir à une catégorie. »

Sa politique de lutte contre le chômage définira sa nouvelle candidature à la présidentielle de 2017 : « J’ai même dit que je serai jugé sur ce résultat. Parce que si, après cinq ans, un président de la République n’arrive pas à atteindre l’objectif qu’il s’est fixé pour être élu, il ne peut pas être candidat de nouveau à la responsabilité suprême ».


Kanalreunion.com