Economie

Prix des carburants : Favoriser l’intérêt général ou celui de quelques privilégiés ?

Les pétroliers veulent faire payer davantage les Réunionnais

Risham Badroudine / 25 juillet 2009

Alors qu’ils réalisent des bénéfices record à La Réunion, les pétroliers veulent de surcroît être indemnisés. Ils réclament également au préfet une hausse des prix des carburants. L’Autorité de la Concurrence, le rapport remis au Sénat et la mission de l’Assemblée nationale confirment les marges exceptionnelles et bénéfices réalisés par les compagnies pétrolières à La Réunion. Les consommateurs doivent poser la question à ces compagnies : pourquoi, nous, consommateurs, devons payer vos profits faramineux ?

Selon l’Autorité de la Concurrence, dans les DOM, l’approvisionnement en carburants se fait au travers de mécanismes de monopole. « L’Autorité a constaté que la réglementation des prix des carburants s’était éloignée de ces objectifs initiaux. La régulation des prix des monopoles d’approvisionnement est insuffisante : elle ne garantit plus l’absence de rente, et le dispositif d’encadrement des marges de distribution et des prix de détail a été transformé en un système de prix unique aisément manipulable ».
La mission de l’Assemblée Nationale propose de mettre en place un « dispositif progressif de retour aux prix normaux des carburants ».
Rappelons à ce sujet que le prix hors taxe est largement supérieur à La Réunion comparé à celui pratiqué en France. (Voir graphique “Les prix hors taxe largement inférieurs à La Réunion”). Puisqu’à La Réunion, le prix hors taxe des carburants, c’est-à-dire la somme versée directement aux pétroliers, est beaucoup plus importante qu’en France, alors il semblerait logique que « le retour au prix normaux » signifie la fin des « rentes de situation » qui gonflent artificiellement les profits des pétroliers. D’où cette question : mise à part une baisse des prix, que peut-on attendre d’autre d’un « retour aux prix normaux » ?

Le consommateur doit cesser d’être trompé et volé

Entre 2005 et 2008, la SRPP a réalisé un bénéfice net moyen après impôt de 12,5 millions d’euros par an. Et aujourd’hui, ces mêmes compagnies pétrolières entendent obtenir de l’État une indemnisation pour perte !!!
Alors que les compagnies pétrolières réalisent des marges colossales à La Réunion, elles demandent encore à être indemnisées. De plus, entre 2001 et 2009, ces marges ont cru de 77% à La Réunion, ce qui est un record dans toute la République. (Voir graphique “Marge totale de distribution à La réunion entre 2001 et 2009”)
Quant à ceux qui voudraient à nouveau tenter de protéger les pétroliers en envoyant une diversion sur la Région, ils doivent avoir bien à l’esprit que les législateurs ont souligné la faiblesse des taxes dans notre île. (Voir graphique “La part des taxes est largement inférieure à La Réunion”).
Le rapport remis au Sénat en date de 7 juillet 2009 est très clair (rapport n°519). La part des taxes est nettement inférieure à La Réunion.
Rappelons également que la taxe sur les produits pétroliers n’a pas augmenté depuis près de 9 ans. Cette taxe est versée intégralement au fonds routier qui finance de nombreux travaux. Ce sont ces investissements publics qui fournissent une part importante de l’activité des transporteurs.

Quantités vendues supérieures aux quantités achetées

Les consommateurs doivent poser la question aux compagnies pétrolières : pourquoi, nous, consommateurs, devons payer vos profits faramineux ? Les consommateurs réunionnais n’ont plus à payer les marges bénéficiaires des compagnies pétrolières.
En plus de ses marges colossales vient s’ajouter un autre élément révélateur des méthodes des compagnies pétrolières implantées à La Réunion.
Elles achètent les carburants à une température de 15°C, mais quand ce même carburant est vendu au consommateur, il est à température ambiante, soit environ 30°C.
Les lois de la physique ont été clairement mises à profit par les pétroliers pour rançonner encore davantage les Réunionnais. Car à 15°C, le carburant occupe un volume moins important qu’à 30°C, pourtant il fournit la même quantité d’énergie. Donc les quantités vendues sont nettement supérieures aux quantités achetéés, d’où un gain supplémentaire pour les compagnies pétrolières à La Réunion.

Risham Badroudine



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Tout le monde peut observer une concurrence sauvage dans le commerce habituel au point que les grands groupes nationaux de supers et hypermarchés ont pu "tuer" le petit commerce traditionnel local et un monopole de fait qui empêche toute évolution favorable des prix dans des domaines tels que les transports aériens ( Air France est actionnaire dans Air Austral), les télécommunications (France télécom détient le monopole des lignes qu’il revend parcimonieusement à d’ autres entreprises dont il contrôle ainsi le développement), les produits pétroliers...
    Pour mettre fin au chantage de la SRPP qui veut mettre la Réunion au régime sec si on ne lui permet pas d’ augmenter encore ses prix, une seule solution, ouvrir le marché des hydrocarbures, à des sociétés françaises ( Leclerc par exemple),européennes ( BP, Agip ou autres), pourquoi pas indienne( Indian oil) malaise ou chinoise ou encore osons rêver, réunionnaise.
    Dans tous les cas ce ne sera pas pire que la SRPP qui,en un demi-siècle ou presque, se sera suffisament servie (sinon goinfrée) indécemment sur la bête.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Tout ça a l’ air trop tristement vrai. Oui osons, allez La Réunion.
    Un appel à créer une coopérative de l’ Energie avec les transporteurs, Chateauvieux, Ravate , EDF, les Brasseries, etc. Est-ce une utopie ou un manque d’ audace ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com