Economie

Prolifération de la mouche bleue à La Réunion

Agriculture

Témoignages.re / 30 janvier 2010

À l’occasion de la séance de questions au gouvernement du 28 janvier 2010, les députés Huguette Bello et Patrick Lebreton ont interrogé le ministre chargé de l’Agriculture sur l’introduction de la mouche bleue à La Réunion. Ils ont fait part au ministre des très fortes inquiétudes de la profession apicole et des producteurs de fruits de La Réunion suite à la désastreuse campagne fruitière 2009.

Huguette Bello et Patrick Lebreton ont demandé au ministre si les études préalables à l’introduction de la mouche bleue avaient bien été complètes et si la fulgurance de ses effets sur la prolifération de la vigne marronne ne s’était pas répercutée sur les productions de fruits et de miel.
Dans le cas où il serait avéré que la mouche bleue serait responsable de la désastreuse campagne 2009, Huguette Bello et Patrick Lebreton ont demandé au ministre de s’engager à indemniser les professionnels, victimes.

Par ailleurs, les deux parlementaires se sont inquiétés des éventuelles conséquences de la prolifération de cet insecte sur la santé publique.

Dans sa réponse, le ministre, qui reconnaît « que la pullulation de la tenthrède, dans certaines zones localisées, suscite légitimement de nombreuses craintes », a indiqué avoir confié, d’une part, au CIRAD de nouvelles études sur l’impact de la mouche bleue sur les productions et, d’autre part, à l’AFSSA une mission sur les risques pour la santé publique. Il a annoncé qu’il venait de donner son accord « pour qu’une nouvelle mission d’expertise sanitaire et de soutien de la filière agricole de l’île de La Réunion puisse être très rapidement organisée en faisant appel aux meilleurs spécialistes de l’AFSSA et de l’Institut scientifique et technique de l’abeille qui est en train d’être créée ».

Huguette Bello et Patrick Lebreton regrettent que le ministre n’ait pris aucun engagement sur l’indemnisation éventuelle des agriculteurs dans le cas où il serait confirmé que la prolifération de la mouche bleue serait bien responsable des pertes de production des arboriculteurs et des apiculteurs.

Question orale sans débat d’Huguette Bello

« Ma question s’adresse à Monsieur le ministre de l’Agriculture.

La dernière note de conjoncture de la Direction de l’agriculture et des forêts vient de confirmer les craintes exprimées depuis plusieurs mois par les producteurs de fruits : la production de letchis à La Réunion est, en 2009, inférieure à 4.000 tonnes, soit deux fois moins que les années précédentes.
Cette forte diminution, qui serait due à une mauvaise floraison, s’ajoute aux difficultés rencontrées par les apiculteurs dont la production de miel a fortement chuté.

Pour bon nombre d’observateurs, ces diminutions sont à rapprocher de l’introduction, en 2008, à La Réunion, de la tenthrède (familièrement appelée mouche bleue) censée lutter contre la prolifération de la vigne marronne.

Lancée sur l’initiative du CIRAD, cette opération, qui privilégie la lutte biologique, ne s’est pas en fait limitée à la seule destruction des espèces envahissantes. En effet, une fois adulte, la tenthrède est en compétition avec les abeilles pour la récolte du nectar et dans les activités de butinage.

Les dégâts collatéraux causés par la mouche bleue viennent contrarier les efforts de la filière agricole à La Réunion, efforts qui ont été récompensés, je le rappelle, pour le miel, par une médaille d’or au dernier Salon de l’Agriculture et, pour le letchi, par le Label rouge en 2006.

Face à cette situation et aux pertes importantes qu’elle inflige aux producteurs, il est urgent de prendre les mesures adéquates pour que le scénario de 2009 ne se renouvelle plus. Il y va de l’avenir de la filière apicole et de la production locale des fruits et légumes.

Les producteurs attendent également les moyens qui leur permettront de surmonter les difficultés engendrées par la chute de la production. Le programme du CIRAD n’a, à aucun moment, envisagé d’associer les producteurs, ni encore moins de les indemniser le cas échéant.

Enfin, alors que 2010 a été proclamé l’Année internationale de la biodiversité, comment le gouvernement compte-t-il concilier désormais la lutte contre des espèces envahissantes et la protection de cette biodiversité ? ».


Kanalreunion.com