Economie

Renault s’installe au Maroc

Après la maintenance d’Air France, une nouvelle délocalisation

Céline Tabou / 25 janvier 2012

Renault-Nissan vient d’annoncer son installation dans la nouvelle usine de Melloussa près de Tanger. Cette usine flambant neuve permet à la compagnie de délocaliser sa production de véhicules Dacia et produire des voiture low-cost, à l’instar des Indiens et Chinois.

A moins de trois mois de l’élection présidentielle cette annonce fait écho, notamment avec la hausse du chômage en France. Auparavant, Renault-Nissan produisait une partie de ses véhicules en Roumanie, où la main d’œuvre était moins chère qu’en France. Un ouvrier roumain recevait alors 450 euros net de revenu. Aujourd’hui, le coût sera encore réduit de moitié, un ouvrier marocain recevra 250 euros net par mois, a révélé l’agence Ecofin, spécialiste de l’économie en Afrique.

340.000 voitures par an

A Melloussa, près de Tanger, au nord du Maroc, après quatre ans de travaux, la nouvelle usine de Renault-Nissan vient de faire surface. Celle-ci est « la première entièrement neuve depuis celle de Curitiba, au Brésil, en 1998 » a indiqué Le Figaro. La production devrait débuter courant janvier et verra sortir de cette usine des véhicules destinées à 85% à l’Europe. Avec une capacité finale de 340.000 véhicules par an, l’investissement total aura été de 1,1 milliard d’euros. La production, Renault devrait employer 2.600 salariés au démarrage et par la suite employer 6.000 salariés en 2015, a indiqué la compagnie.

Le projet de Nicolas Sarkozy

L’arrivée tant désirée de Renault par le roi Mohammed IV permettra au fleuron français de l’industrie automobile de bénéficier d’une exonération totale d’exportations et d’impôts sur les bénéfices durant 5 ans. L’objectif de la compagnie est d’exporter du Maroc des voitures low-cost en Europe alors que l’industrie automobile est en berne. Projet défendu et soutenu par Nicolas Sarkozy, l’annonce a été saluée par le gouvernement, dont le député de la Droite populaire Lionnel Luca (UMP). Ce dernier a déclaré vendredi 6 janvier, qu’il préfère « une usine Renault au Maroc qui donne du travail à 6.000 Marocains sur place », plutôt que « 6.000 travailleurs immigrés de plus dans une usine Renault en France », dans un communiqué publié lors de l’annonce du lancement d’une usine Renault à Tanger.

 Céline Tabou 


Kanalreunion.com