Economie

Sortir de la domination de la monnaie nationale dollar sur l’économie mondiale

Des pays émergents deviennent les créanciers du FMI

Sanjiv Dinama / 12 avril 2010

Des pays émergents comme la Chine, l’Inde ou le Brésil qui étaient jusqu’à maintenant des emprunteurs du FMI sont devenus aujourd’hui des créanciers (prêteurs) de cette institution internationale. Ainsi leur demande pour une plus grande représentativité dans les institutions financières internationales comme la FMI (Fonds monétaire international) ou la Banque mondiale devient totalement légitime. Les pays émergents réclament notamment une réorganisation du système financier international et la fin à la suprématie du dollar comme monnaie de réserve.

Le Brésil en achetant pour dix milliards de dollars d’obligations du FMI a officiellement rejoint le club fermé des pays prêteurs au Fonds monétaire international. Le Brésil a ainsi emboîté le pas à la Chine, à l’Inde, à la Russie et à dix autres États membres, qui ont signé un accord d’emprunt dans le cadre de l’engagement des pays riches et émergents du G20 d’apporter 500 milliards de dollars de ressources supplémentaires au FMI. « Il offre au Brésil un moyen d’investissement sûr en même temps qu’il augmente la capacité du Fonds à aider ses États membres à traverser la crise financière mondiale », a indiqué le FMI dans un communiqué.
Le Brésil avait fait part l’an dernier de sa volonté de participer au programme de levée de fonds de l’institution destiné à lui permettre d’aider davantage les pays les plus fragilisés par la crise mondiale du crédit. Le Brésil devient ainsi pour la première fois, créancier du FMI, alors qu’il lui avait souvent emprunté des fonds par le passé.

Une façon de s’affirmer sur la scène internationale

L’achat d’obligations du FMI représente également une sorte de revanche pour de nombreux pays en voie de développement. Au-delà donc des retombées économiques de cette opération, c’est aussi une façon de s’affirmer sur la scène internationale.
Ainsi l’Inde a acheté fin de l’année dernière, 10 milliards de dollars d’obligations émises par l’institution, pour la première fois de son histoire. La Chine a également participé à cette opération en se portant acquéreur de pas moins de 50 milliards de dollars de ces titres. "Cet accord d’achat est le premier dans l’histoire du Fonds, et fait suite à l’accord donné le 1er juillet 2009 par le conseil d’administration d’émettre des obligations. Cet accord offre à la Chine un instrument d’investissement sûr. Cela va en outre renforcer les capacités du Fonds pour aider ses membres, particulièrement les pays en développement et émergents", a rappelé le FMI dans un communiqué.
Les obligations sont émises par l’institution au pair, c’est-à-dire à 100% de leur valeur nominale, et portent sur une échéance maximale de 5 ans, avec des échéances intérimaires de 3 mois que le FMI peut prolonger. Elles sont libellées en monnaie de compte du FMI, à savoir les DTS (Droits de tirage spéciaux). Ces titres portent un intérêt payé trimestriellement en DTS. Cet intérêt est calculé en se basant sur le taux d’intérêt moyen du DTS pendant le trimestre précédent. Enfin, ces obligations sont transférables au secteur officiel, c’est-à-dire tous les États membres du FMI ainsi que leurs organes financiers officiels.

L’Inde a plus d’or que la Banque centrale européenne

Ces opérations doivent permettre au FMI d’augmenter ses ressources face à la crise économique. Certains pays avaient indiqué qu’ils préféraient apporter leur contribution par le biais d’obligations. D’autres à l’instar de l’Inde ont également acheté de l’or auprès de l’institution. Cette dernière a acheté pour 6,7 milliards de dollars d’or au Fond monétaire international. L’investissement de la Reserve Bank of India représente 200 tonnes de métal précieux, soit la moitié de ce qui était prévu au départ par le Fonds. "Cette transaction constitue une étape importante vers la réalisation du programme de vente limitée d’or du FMI, qui doit aider le Fonds à remettre ses finances sur une base solide sur le long terme et (lui) permettre d’accélérer les prêts concessionnels plus que nécessaires accordés aux pays les plus pauvres", a précisé le FMI.
Le FMI avait prévu la vente de 400 tonnes d’or étalée sur cinq ans. L’Inde remonte de la 15ème place à la 10ème place mondiale des pays possesseurs d’or. L’Inde dispose désormais de 557,7 tonnes de réserve d’or, soit davantage que la BCE (Banque centrale européenne).
Rappelons que les pays émergents réclament la fin de la suprématie du dollar comme monnaie de réserve et préfèrent ainsi se tourner vers des valeurs sûres comme l’or afin de ne plus être tributaire des fluctuations du dollar et de la bonne santé de l’économie américaine.
Selon les pays émergents, la crédibilité des institutions comme le FMI ou la Banque mondiale, qui viennent en aide aux pays en difficulté, seront à terme mise à mal si ses pays membres ne sont pas représentés de manière proportionnelle à leur poids dans l’économie mondiale. Mais les États-Unis et l’Union européenne restent très retissant à céder leurs voix.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com