Economie

UE-ACP : l’Accord de Cotonou révisé

Le calendrier s’accélère pour les APE

Témoignages.re / 30 mars 2010

Voici un texte paru dans "Le Soleil", journal sénégalais. Il rend compte des derniers développements relatifs aux négociations des Accords de partenariat économique (APE) entre l’Union Européenne et les pays ACP. Rappelons que les APE prévoient l’ouverture du marché de La Réunion à tous les produits fabriqués dans les pays voisins sans taxe, ni quota.

L’Accord de Cotonou régissant, depuis 2000, les relations entre l’UE et les 79 pays ACP a subi sa deuxième modification en dix ans. Ce nouvel accord met un accent particulier sur le volet changement climatique, la sécurité alimentaire et l’intégration régionale, entre autres. Il devra être signé par les 79 ACP et les 27 de l’UE lors du Conseil UE-ACP de juin 2010 à Ouagadougou.
La Commission européenne et le groupe des 79 pays de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont conclu le 19 mars dernier à Bruxelles la deuxième révision de l’accord de partenariat de Cotonou. Cet accord est le résultat des négociations entamées mi-2009, indique le communiqué transmis à notre Rédaction. Il induit un recentrage de la coopération ACP-UE pour l’adapter aux « défis actuels », tels que « le changement climatique, la sécurité alimentaire, la fragilité des Etats et l’efficacité de l’aide ». En plus de ces volets, ce nouvel accord « reflétera l’importance croissante de l’intégration régionale dans les pays ACP et dans la coopération UE-ACP », notamment dans la promotion de la coopération, de la paix et de la sécurité, dans le développement et la résolution des problèmes frontaliers. Selon le négociateur de la Commission européenne chargé du Développement, Andris Piebalgs, qui l’a paraphé en même temps que le ministre Gabonais de l’Economie, Paul Bunduku-Latha, pour les ACP, « l’accord révisé promeut un dialogue ouvert et une approche souple et participative pour réduire et finalement éradiquer la pauvreté. Il vise à encourager l’intégration régionale et à relever les défis mondiaux tels que celui du changement climatique et il soutient les pays en vue d’atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement ». Ainsi, chacun de ces défis « sera abordé » et des « approches communes » apportées.

L’importance de l’aide au commerce réitérée

L’une des particularités de ce nouvel accord, c’est l’accent qu’il met sur la nécessité de « soutenir les efforts des pays ACP pour atténuer les effets du changement climatique et le fait de s’adapter à ceux-ci ». En revanche, le chapitre commerce « reflétera la nouvelle relation commerciale et l’expiration des préférences à la fin de 2007 ». En clair, il réaffirme le rôle des Accords pour le partenariat économique (APE) « dans la promotion du développement économique et de l’intégration à l’économie mondiale » et met l’accent sur « l’importance des stratégies d’adaptation commerciale et de l’aide au commerce ». En outre, il permettra de mettre en pratique les principes internationalement approuvés en matière d’efficacité de l’aide, et notamment la coordination des donateurs. Le nouvel accord devrait être signé officiellement à Ouagadougou par toutes les parties (les 79 pays ACP, les 27 États membres de l’UE et la Commission européenne) lors du Conseil UE-ACP de juin 2010. Il devra, par la suite, être ratifié individuellement par les différents pays concernés. Mais avant cette échéance, il devra être approuvé par le Conseil de l’UE, conformément aux dispositions initiales. Il sera ensuite révisé tous les cinq ans jusqu’à 2020. Cet Accord de Cotonou qui régit depuis 2000 les relations entre l’UE et les ACP été révisé une première fois en 2005.


Kanalreunion.com