Economie

Zeop : 70 millions pour une île très haut débit à La Réunion

Une société réunionnaise lance un plan d’investissement pour La Réunion

Manuel Marchal / 21 novembre 2014

Zeop a présenté hier matin un investissement de 70 millions d’euros pour connecter 50 % des foyers réunionnais à la fibre optique pour accéder au très haut débit. Avec cette solution de rupture, l’objectif est de faire de La Réunion une île exemplaire sur le plan de l’accès à Internet. Nassir Goulamaly, président de Zeop, et Xavier Hermesse directeur général, ont présenté cette stratégie développée par une entreprise réunionnaise.

JPEG - 48.9 ko
Xavier Hermesse, directeur de Zeop, et Nassir Goulamaly, président : « seul un groupe indépendant réunionnais peut avoir le culot d’investir dans la fibre optique pour La Réunion ». Zeop représente aujourd’hui une centaine d’emploi, tous à La Réunion, et les richesses créées par l’investissement de 70 millions d’euros seront maintenues à La Réunion.

La Réunion est une île isolée dans le Sud de l’océan Indien. Son voisin le plus proche est une terre comparable en superficie, Maurice. Il faut faire plus de 800 kilomètres pour atteindre un pays ayant une surface importante, Madagascar. Puis aller encore plus loin pour toucher les côtes de l’Afrique. Viennent ensuite par ordre de proximité l’Inde, l’Australie et la Chine. L’Europe est dans un autre hémisphère, à 10.000 kilomètres.
Cette situation amène donc à imaginer des solutions pour lutter contre cet enclavement.

Pour le déplacement des personnes, les anciens dirigeants d’Air Austral avaient travaillé avec Airbus sur un projet révolutionnaire : l’exploitation en low-cost d’un Airbus A380. Cette idée novatrice a pour but de faire baisser de 30 % le prix du billet d’avion sans subvention entre La Réunion et la France, chose impossible avec les outils actuels des compagnies aériennes. Pas plus tard que le 12 novembre dernier, Richard Carcaillet, le directeur de la stratégie marketing chez Airbus, avait rappelé tout le bien qu’il pense de cette initiative : « nous restons persuadés qu’un A380 densément configuré et bien segmenté aurait tout son sens sur cette route ».

Ceci démontre que des Réunionnais sont capables de mettre en œuvre des solutions originales et crédibles pour faire face à des contraintes spécifiques.

JPEG - 42.4 ko
Le fibre optique et l’Airbus A380 montrent que des Réunionnais sont capables de proposer des solutions originales et crédibles aux problèmes du pays.

Câble 30 fois plus cher

Pour l’accès à Internet, la situation est analogue. Pendant des décennies, une entreprise dirigée par le gouvernement français était en situation de monopole, imposant ses tarifs.

La privatisation n’a pas changé fondamentalement l’orientation, tout comme dans le transport aérien. C’est l’héritier des PTT français qui a mis en place le câble transocéanique qui relie La Réunion au reste du monde. Il a d’abord fallu toute la combativité des communistes menés par Elie Hoarau à l’Assemblée nationale pour que France Télécom accepte que le câble atterrisse à La Réunion au lieu de passer au large pour desservir uniquement Maurice. C’est ensuite la Région dirigée par Paul Vergès qui a multiplié les initiatives pour que l’opérateur français arrête d’imposer des prix abusifs pour utiliser ce câble. Aujourd’hui, le prix du mégabit est 30 fois supérieur à la norme à Paris, a rappelé Zeop. C’est toujours trop élevé et l’ambition est de le ramener le différentiel à 5. Cela permet néanmoins de créer les conditions pour l’ouverture de ce que l’entreprise réunionnaise qualifie de plus grand investissement jamais réalisé pour le très haut débit à La Réunion.

Quasiment toutes les communes sont concernées : l’Est de Saint-Benoît à Saint-Denis, l’Ouest de Saint-Paul à Saint-Leu, le Sud de Saint-Pierre à Saint-Joseph en passant par Le Tampon.

50 % des foyers connectés

Au cours des 48 prochains mois, Zeop engagera 70 millions d’euros pour que 170.000 foyers puissent obtenir l’accès à la fibre optique. Avec ce support, il est possible de bénéficier d’un très haut débit pour utiliser Internet. Actuellement, Zeop propose à tous ses abonnés 50 mégabits/s, expérimente le 100 mégabits/s et est en capacité technique de proposer 400 mégabits/s. Ces débits sont plusieurs fois supérieurs à ceux proposés par la concurrence, car cette dernière utilise le fil de cuivre pour transmettre les données. Autrement dit, la fibre optique se démocratise et permet une qualité de service supérieure au même prix que l’ADSL.

Xavier Hermesse, directeur de Zeop, indique que la fibre ouvre le champ à des usages différents. La consultation du Web n’en représente plus que 13 % alors que le téléchargement et la consultation de vidéo en ligne en forment 75 %. Xavier Hermesse précise que les abonnés de Zeop regardent les vidéos de Youtube en HD ou Full HD.

Les lignes bougent

Tout comme l’A380 de 800 passagers dans le transport aérien, la fibre optique est une solution de rupture qui remet en cause les certitudes acquises. Nassir Goulamaly, président de Zeop, y voit un outil d’aménagement de territoire et de développement économique. « 1 euro investi dans le très haut débit, ce sont 6 euros de PIB ». Ce sont aussi des emplois qui se fixent sur place, car la fibre optique permet plus facilement le télétravail, l’apprentissage à distance et la e-médecine.

Zeop veut rester l’opérateur de référence du très haut débit à La Réunion. Selon Nassir Goulamaly, « seul un groupe indépendant réunionnais peut avoir le culot d’investir dans la fibre optique pour La Réunion ». L’objectif est à terme, c’est 100 % des foyers connectés à la fibre optique. Zeop note avec satisfaction que ses initiatives obligent les autres opérateurs à déployer eux aussi la fibre optique, et à proposer des tarifs plus compétitifs. La société évalue à 50 millions d’euros le gain de pouvoir d’achat que cette stratégie a donné aux Réunionnais.

L’écueil principal pour un débit plus important encore reste le prix de gros de la connexion par le SAFE, câble de l’ex-France Télécom. En attendant qu’une liaison vers un câble alternatif comme EASSY puisse être mise en œuvre, Zeop préconise d’une part la mise en œuvre d’un serveur de cache régional pour faire face à l’urgence et va continuer d’autre part à maintenir la mobilisation pour obtenir des tarifs plus faibles sur le SAFE.


Kanalreunion.com