Il était une fois

Il était une fois... Louis Héry, auteur de fables en créole réunionnais

Louis Héry n’est pas né à La Réunion, mais en Bretagne en 1801, et n’arrive ici qu’en 1820. Alors pourquoi parler de lui dans une rubrique sous-titrée “Zarboutan nout kultur” ? Parce qu’on peut lui attribuer cette récompense, et au fond, peu importe qu’il soit né ici ou là, si c’est notre pays qu’il a mis en scène et si c’est dans notre langue qu’il s’est exprimé. Car Louis Héry a écrit en créole réunionnais et c’est dans notre langue qu’il a créé son œuvre littéraire.

Professeur de rhétorique au collège royal

Il serait venu à Bourbon en 1820 pour s’occuper d’une plantation de cannes à sucre et de l’usine qui y a été érigée, dans le quartier de La Montagne. Bien entendu, il ne connaît rien à cette activité et ne persiste pas trop longtemps dans cet aiguillage erroné. L’erreur est humaine, mais il ne faut pas y persévérer. L’occasion lui est donnée de s’orienter vers l’enseignement : il fait ses premières expériences au collège royal, mais très vite, il se rend en France pour passer son diplôme de bachelier ès lettres et revient à Bourbon ;
Le métier nourrit mal son homme, aussi quitte-t-il le collège royal pour fonder une école privée à Sainte-Suzanne puis à Saint-André pour finir par revenir au collège royal de Saint-Denis en tant que professeur de rhétorique... de retour en France, il meurt à Redon en 1856.

Le fabuliste créole

A cette époque, à l’île Maurice, un homme de lettres jouissant d’une bonne réputation, François Chrétien, a entrepris d’écrire en créole mauricien dans un ouvrage intitulé “Les Essais d’un bobre africain”. Peut-être est-ce l’écrivain mauricien qui a servi d’exemple à Héry... toujours est-il qu’il choisit d’adapter en créole les fables de Jean de La Fontaine. C’est ainsi que naît le recueil “Fables créoles dédiées aux dames de l’île Bourbon”. Cet ouvrage paraît en 1829, puis est l’objet de trois rééditions par la suite.
On dira qu’Héry n’a pas fait preuve d’originalité en s’appropriant les fables de La Fontaine : bien entendu, ce sont les mêmes personnages, humains ou animaux, qui sont mis en scène. Bien sûr, la morale est, elle, la même.

Héry a-t-il copié La Fontaine ?

Mais La Fontaine lui-même n’a-t-il pas puisé ses fables chez l’esclave Esope dont les histoires en prose ont donné lieu à tout un travail de collecte : le fabuliste français connaissait d’ailleurs 127 de ces fables attribuées, à tort ou à raison, à Esope.
Mais personne ne peut dire que La Fontaine, à partir du fond dans lequel il a puisé, n’a pas fait œuvre originale, donc acceptons la même appréciation pour Louis Héry, notre premier écrivain connu, et ne dédaignons pas notre plaisir dans la lecture de ces fables si bien tournées.

Le mérite d’avoir écrit en créole réunionnais

Surtout, ne lui enlevons pas le mérite d’avoir écrit en créole réunionnais. Certes, on peut dire qu’il a voulu, à peu de frais, faire rire la galerie. Mais, “à peu de frais”, c’est vite dit ! Il a quand même fallu qu’il apprenne le créole et qu’il fabrique les outils d’écriture de la langue. Certes, son écriture est éthymologisante, mais pour tous ceux qui ont sué à l’écriture de quelques lignes, ou de quelqu’histoires en créole, le travail fait par notre fabuliste mérite notre admiration. Héry a eu le mérite d’être le premier à faire une œuvre en créole réunionnais. On lui reproche d’avoir voulu faire rire, mais le rire n’est-il pas le propre de l’Homme, et puis, à l’heure où la langue créole, comme toutes les langues régionales, fait son entrée dans la Constitution de la France, ne faut-il pas mieux faire connaître notre fabuliste : qu’il fasse enfin son entrée à l’école ! Que les Réunionnais le connaissent enfin. Que son humour de kassèr lé kui ne se perde pas.

 G. Gauvin 


Lavé in foi... Louis Héry, in lékrivin an kréol rénioné

Moun-la lé pa né La Rénion. Li la énèt la-ba dann La Bretagne, lané 1801 si mi tronp pa. Lané 1820, li ariv dann péi Bourbon. Alor, pou kossa ni sava an parl dé li konm in "zarboutan nout kultur" ? Akoz, pou moin, i pé donn ali tit-la, i pé rékonpans ali pou sak li la fé ; A part sa, kas pa la tète déssi landroi li lé né, akoz li la fé sénète déssi nout péi, li la ékri dann nout lang. Pars Louis Héry la ékrir an kréol rénioné, li la ékrir son bann fab dann kréol rénioné...

Professèr fransé dann kolèj roiyal

I prétan dir, li la vni La Rénion lané 1820 pou li okip bitasion son bann famiy - sa lété La Montagne, solon moin - épi lo lizine dé sik banna lavé. A tou lé kou, li té losh la-dan, li téi koné pa arien dan la matièr, alor li arès pa lontan dann shomin lérèr. Tout demoun i pé tronpé, solman lé pa oblizé rèss lontan dann lérèr. Li artrouv in boulo dann lansègnman, li gingn in plas proféssèr dann kolèj roiyal. Solman i mank ali in diplom, alor i fo li sava an Frans pou gingn diplom "bachelier es-lettres". Kan li la fine gingn sa, li rotourn dann péi Bourbon. Mé la moné lé fèb, alor li rouv in lékol par li-mèm, dann kartié Sint-Sizan, apré sa li sava Sint-André. Aprésa ankor, li artourn konm proféssèr dann kolèj roiyal. Lané 1856, li lé an Frans épi li mor dann la vil Redon.

l i fé fonnkèr dan la lang kréol

Dann tan-la, dann péi Maurice, lavé in l’ékrivin té i apèl François Chrétien, li té ékri dan la lang kréol maurisien. Li la fé sort in liv i apèl : "Les essais d’un bobre africain". Pétète, Louis Héry la pran modèl déssi moun-la ; mi koné pa bien o just : sak mi koné, sé k’li la komans ékri bann fab La Fontaine dann kréol rénioné. Li la fé in liv té i apèl : "Fables créoles dédiées aux dames de l’île Bourbon". Liv-la la sort lané 1829, la arfé sort par troi foi ziska l’ané 1883.
In pé i pé dir Héry lé pa tro orizinal vik li la émité La Fontaine : plipar d’tan, li fé koz lo mèm bann pèrsonaz, demoun ou bien zanimo, épi li arpran près lo mèm moral.

Sé pa si i pé dir Héry la kopié déssi La Fontaine ?

La Fontaine li-mèm la trouv son bann zistoir dann sak demoun i di in zésklav i apèl Esope la fé : La Fontaine lavé in liv ansanm 127 zistoir, i di sé Esope la maziné épi demoun la ramassé... Pèrsone i dir ar pa La Fontaine la kopié zistoir Esope la fé. Pèrsone i dir ar pa La Fontaine la pa fé in n’afèr orizinal. Alor, anon pa mépriz sak in lékrivain an kréol rénioné la fé, la pa bézoin nou la onte trouv nout plézir la-dan, si tèlman son bann kozman lé bien tourné, épi i fé plézir lo moun i èm la lang bann rénioné.

In gran bravo pou an avoir ékri dann kréol rénioné

Anon rokonète ali son mérit an avoir ékri dann kréol rénioné. In pé i pé dir li la fé ri la boush de moun san forsé ! Koman san forsé ? In moun la fine ékri in pé an kréol, kisoi inn-dé lign, kisoi in zistoir i koné bien la pa fasil, akoz la plipar d’tan i fo invante in manièr ékrir. Lé vré, son lékritir i suiv in pé lékritir fransé, mé mèm sa, lé pa fasil, sirtou k’demoun té i ékri pa dan la lang kréol tan-la ; i fo ni arkoné son mérite pou sa, sirtou dépi la lang kréol lé fine rant dan la konstitission la Frans, konm tout bann lang rézional ; mi trouv lé pli préférab fé konète ali plito k’kritik ali. Kossa ni atann pou fé rant ali dann l’ékol ? Kossa ni atann pou fé konète bann rénioné fason fé rir, so kassèr-lé-kui an kréol rénioné ?

 G. Gauvin 


In Fonnkèr li la ékri :

La caille ensembl’ son petits



Ein maman caill’ dans n’ foutac Saint’ Sizanne
. Proç li coin d’ein çamp d’riz l’était cacièt’ son nid.
 L’était tout au bord la savanne. 
Mais di riz dépass’ mir. Par malhèr, çaq’ pitit
. L’était encore et tout tendre et tout ni.
 Pa Zozoq’ li maîtr’ di plantaze,
 Vient guett’ son riz, li soir après l’ouvraze.
 "Ah ! soupelet ! bon Dié ! mon di riz l’est perdi, 
"Si li vent va souffler, trop sir va grain’ à li.
 "Ein récolt si zouli, si plein ;
 "Cours z’enfant vitement dimain çez tout’ voisin ". Dire à z’aut’ rondement viens donne à nous la main.
 Li maman caill’ dire à son p’tit famille
 Qui pouvait pas bouzer : -"Brann’ pas dans vout’ couquille ; N’a pas dimain zour d’embarras,
 Masquein voisin n’y viendra pas. 
Pendant trois jours n’entendre pas tapaze ;
 Auquein voisin vé quitter son l’ouvraze,
 Pa Zozoq’vient encore : "Di riz moi n’aura pas. "
N’en a dézà qu’la timbe en bas...
" Cours z’enfans dir’ z’amis : viens vitement sans faute,
"Manqu’ pas vini, qu’moi compter sis tout’ z’aute.
 Caq’ z’ami rest’ mavouz’, aussi bien comm’ voisin, Masquein’ vient pas serrer li grain.
 Pendant tout’ ci temps là, li p’tit caill’ y proufite. 
La plim’ dans n’son z’aile y pouss’ vite,
 Pa Zozoq’ y vient voir ein troisièm’ fois son çamp. 
A force colèr li pliç son dent :
 Li dir son garçon : "D’main, grand matin prends faucille,
 "Moi fier pas davantaz’ li voisins, la famille,
 "Nous va commenç dès qu’nous voudra
". Nous va finir quand qu’nous pourra.
 Li maman calle y dit : "Allons lèv’ nout’ bagaze,
 "Partons, dépéçons nous, sans tarder davantaze,
 "Li p’tit caill’ capé cap la train’ son patt’ dehors,
 "L’endimain dans la plain’ l’était cacièt z’aut’ corps.
Vous n’a quéq’çôs’ pressé pour faire ? 
Fais vit’ment vous-mêm’ vout’ z’affaire. 
Si vous y rôd’ parens, si vous y fier z’amis,
Vous va s’trouve enguézé, vous va rester camis.




Facebook Twitter Google plus