Comores

L’expatriation est privilégiée

Forum de l’Emploi

Ali Mohammed / 9 octobre 2009

Au Forum de l’Emploi, les acteurs institutionnels, la Chambre de commerce et les syndicats ont planché sur les problèmes et les perspectives de l’emploi aux Comores. Toutefois, c’est l’option de l’exportation de la main d’œuvre vers les pays du Golfe qui est privilégiée.

Au départ, l’idée du forum initiée par le groupe Comoro gulf holding (CGH) était tout simplement de recruter de la main d’œuvre et l’exporter vers les pays arabes. Les opérateurs comoriens avaient dénoncé au départ le projet avant de se rallier et de s’impliquer pour aménager le concept et les résultats attendus. Pour Abdérémane Koudra, un pays ne peut pas baser sa politique de l’emploi sur l’émigration. Ils ont donc insisté que le forum traite également de l’emploi au niveau local, même s’il est évident que les perspectives ne sont pas des plus reluisantes.
En effet, c’est Comoro Gulf Holding qui est depuis bientôt un an le premier employeur privé des Comores avec près de 500 personnes. Il s’agit du personnel œuvrant à Dar Albalal pour l’imprimerie, le quotidien et les diverses revues, à l’hôtel Itsandra, à la Banque fédérale du Commerce ainsi qu’au siège social du Holding. Selon Bashar Kiwan, le patron du Groupe CGH, ce nombre devrait passer à 1.000 d’ici le début de l’année prochaine avec la mise en service du second réseau de téléphonie mobile, et la construction des trois gares maritimes devant relier les îles. Au regard du plan d’investissement présenté au départ par CGH, on est loin du compte puisque la construction du complexe touristique Jannat Al Kamar devait offrir à lui seul 5.000 emplois.

Veiller au respect des droits

Annoncé à grand renfort de publicité sur la moitié des panneaux d’affichage, le quotidien "Albalad et Wassit", l’hebdo des petites annonces, le forum "Comoremploi" doit également son succès au soutien du gouvernement et au parrainage du Chef de l’État en personne.
Ce sont des milliers de personnes qui se sont présentées pour remplir les formulaires de demande d’emploi. C’est justement cette forte mobilisation des Comoriens qui a poussé le ministère du Travail, le patronat et les syndicats à s’impliquer dans les travaux du forum. Salim Soulaimane, de la Confédération des travailleurs Comoriens (CTC), dit que son rôle est d’attirer l’attention des candidats à l’émigration mais également des autorités publiques comoriennes et des pays d’accueil sur certaines conditions de travail et de maltraitances relevées par le Bureau international de travail dans les pays du Golfe.
C’est ainsi que la première journée du forum a été consacrée à la présentation du Code du travail en vigueur aux Comores et dans les pays d’accueil potentiels. Le représentant du ministère du Travail du Qatar a reconnu que des actes de violations des droits de travailleurs existent dans son pays, mais il a insisté sur le fait ce n’est pas la règle et que son pays, comme les cinq autres Émirats, s’est engagé à faire respecter les textes et les Conventions internationales.
La trentaine de responsables d’agence de recrutement des pays du Golfe ainsi que le patron de CGH qui dit avoir des représentations dans chacun des pays d’accueil ont assuré les participants qu’ils veilleront au respect de la législation du travail et des droits individuels de chacun.
La fermeture des frontières de l’Europe devenant de plus en plus hermétique, la traversée vers Mayotte étant périlleuse, nombres des candidats disent en aparté que même sans ces garanties sur leurs droits, ils allaient quant même partir vu la persistance du chômage et de la pauvreté.

De notre Correspondant A. Mohamed


Kanalreunion.com