France

Huit syndicats de fonctionnaires inquiets d’une « perte considérable de pouvoir d’achat »

Crise en France

Témoignages.re / 8 octobre 2013

En France, là où les agents de l’État ne perçoivent pas la sur-rémunération, les syndicats sont inquiets au sujet du pouvoir d’achat des fonctionnaires. CFDT, CFTC, CGC, FAPT, FSU, Solidaires et UNSA déplorent les « conséquences désastreuses » de la politique salariale dans la fonction publique après trois années consécutives de gel du point d’indice, gel qui se poursuivra en 2014. C’est une situation « sans précédent », écrivent-ils.

Huit organisations syndicales de fonctionnaires interpellent le gouvernement pour dénoncer les conséquences « désastreuses » de la politique salariale menée dans la fonction publique. Elles pointent la dépréciation des carrières.

Les syndicats reviennent à la charge sur le sujet sensible de la rémunération des agents publics.

Quelques jours après l’annonce par le Ministère de la Fonction publique d’une revalorisation des agents de catégorie C en janvier 2014, huit organisations demandent, dans un communiqué commun publié le 2 octobre, l’ouverture d’un « réel espace de négociations salariales ». La CFDT, la CFTC, la CGC, la CGT, la FAFPT, la FSU, Solidaires et l’UNSA veulent une concertation « spécifique » sur le sujet dans le cadre de l’agenda social.

Les huit syndicats pointent les « conséquences désastreuses » de la politique salariale dans la fonction publique après trois années consécutives de gel du point d’indice, gel qui se poursuivra en 2014.

Conséquence : « Une perte considérable de pouvoir d’achat pour tous les personnels quels que soient leur statut et le versant dont ils relèvent ». C’est une situation « sans précédent » qui aboutit, écrivent-ils, à une dépréciation des carrières et à un tassement des grilles.

Bientôt les élections professionnelles

Pour les organisations, les mesures d’urgence « limitées » en direction de la catégorie C et la négociation à venir sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations « ne sauraient à elles seules répondre à l’impérieuse nécessité de mesures salariales d’ampleur pour 2014 ».

Le gouvernement doit initier avant le début de l’année une réflexion sur une refonte générale de la grille statutaire. Elle s’appuiera sur le rapport de Bernard Pêcheur, chargé d’esquisser des perspectives en matière de rémunération et de parcours.


Kanalreunion.com