France

Le chômage n’en finit pas de grimper : record depuis 1998 

Une hausse loin d’être terminée

Témoignages.re / 7 juin 2013

La publication du taux de chômage confirme l’aggravation, et elle va durer, selon les économistes interrogés par l’agence “Reuters” comme l’indique cette dépêche.

JPEG - 26.3 ko
Selon “Reuters”, « aucun des économistes interrogés cette semaine ne pense que l’objectif de François Hollande d’inverser la courbe du chômage à la fin de 2013 se réalisera. Tous ou presque prévoient que le chômage continuera à augmenter l’an prochain ».

Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) a augmenté de 0,3 point au premier trimestre 2013 pour atteindre 10,4% en France hexagonale et 10,8% avec les Départements d’Outre-mer sans Mayotte, selon les données publiées jeudi 6 juin 2013 par l’INSEE.

L’INSEE précise ne pas être en mesure de publier l’ensemble des statistiques de l’emploi ce jeudi, expliquant que la cohérence des résultats détaillés n’est pas assurée et qu’il publiera dès que possible l’ensemble des résultats.

Douze économistes interrogés par “Reuters” attendaient en moyenne un taux de chômage à 10,9% au premier trimestre pour la France entière, leurs prévisions allant de 10,6% à 11,1%. 

Le taux de chômage du quatrième trimestre a été abaissé de 0,1 point pour la France hexagonale comme pour la France entière hors Mayotte. Le chômage atteint un niveau inégalé depuis 1998.

Aucun des économistes interrogés cette semaine par “Reuters” ne pense que l’objectif de François Hollande d’inverser la courbe du chômage à la fin de 2013 se réalisera, et tous ou presque prévoient que le chômage continuera à augmenter l’an prochain. Ces résultats sont cohérents avec les prévisions du FMI, de la Commission européenne et de l’OCDE. L’UNEDIC, qui gère l’assurance chômage, estime, quant à elle, qu’une stabilisation du nombre de chômeurs est possible à la fin de 2013, avant une nouvelle hausse en 2014.

Un problème technique empêche la publication des statistiques complètes

« Comme annoncé, l’INSEE n’est pas en mesure de publier les Informations Rapides trimestrielles sur les statistiques de l’emploi et de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) du premier trimestre 2013. Le seul indicateur publié ce jour porte sur une estimation de l’évolution globale du taux de chômage au sens du BIT » .

Ainsi commence le communiqué de l’INSEE. L’enquête Emploi devait être publiée à 7h30, les données rendues publiques sont incomplètes. Cela n’a pas manqué de susciter des réactions :

« Nous avons demandé à être reçus par le directeur chargé de ces chiffres pour obtenir des explications. Nous n’avons pas eu de réponse » , critique Ludovic Bourlés, de la CGT-INSEE, mardi soir.

« Pour décaler cette publication à la dernière minute, il y a dû avoir un sacré décalage avec les taux de chômage des trimestres précédents » , glisse un spécialiste de la statistique publique.

« Il y avait probablement une trop forte hausse ou une baisse alors que le nombre de demandeurs d’emploi a explosé depuis le début de l’année », abonde un autre, qui préfère également garder l’anonymat.


Kanalreunion.com