France

Un retour en arrière peu glorieux

Expulsions de Roms

Céline Tabou / 17 août 2010

La climat est de plus en plus tendu entre les forces de l’ordre et la communauté des Roms. La peur au ventre de nombreuses familles, craignent les “rafles” policière. En effet, selon Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur a indiqué que 40 camps de Roms avaient été évacué en quinze jours, soit « 700 personnes » qui « devraient être reconduites dans leur pays d’origine », Roumanie ou Bulgarie.

Les Roms ont au cours de l’histoire été souvent les boucs-émissaires de la société française. En 1940, le gouvernement collabo de Vichy interne dans divers camps les Roms. Deux ans plus tard, le premier camp exclusivement réservé aux Tziganes, Roms et Gitans ouvre ses “portes” à Saliers. Ce sont 3.000 Roms, qui trouveront la mort dans ces camps français.

Un air de déjà-vu

Nicolas Sarkozy ressort la question sécuritaire pour les prochaines élections présidentielles. Les Roms sont encore les cibles de la répression, alors qu’ils sont des victimes de génocide, de discriminations et ont déjà beaucoup de difficultés à faire reconnaître leurs droits. Une répétition du passé se dessine. Les hommes séparés des femmes et des enfants ont été évacués d’un bâtiment occupé depuis deux jours à Montreuil, samedi 14 août.
« Ils nous ont séparés, mettant les hommes d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre, nous menaçant de nous enlever nos enfants dès que nous tentions de protester, et ils ont embarqué tous les hommes », a expliqué une femme, Gabi, au journaliste de l’Agence France Presse, dimanche 15 août.

La gauche et une partie de la droite s’indignent

Des voix se sont élevées même à l’UMP, pour dénoncer l’offensive sécuritaire de Nicolas Sarkozy, comme Christine Boutin, Yannick Favennec ou Etienne Pinte. Lundi 16 août, c’est le député villepiniste Jean-Pierre Grand qui s’est dit choqué par l’évacuation d’un camp de Roms à Montreuil. Ce dernier estime que « cette politique de démembrement des camps illégaux tourne à l’ignoble ».
Les Verts, de leur côté, ont appelé dimanche 15 août, tous les élus et tous les citoyens de la République, à s’opposer aux « expulsions de la honte » des familles Roms de leurs lieux de vie. Dans un communiqué Djamila Sonzogni, porte-parole de Verts, a rappelé « comme à Montreuil, on sépare les hommes des femmes et des enfants, ce qui ne manque pas de nous rappeler les plus sombres moments de notre histoire ». Selon le parti écologiste, « cette démonstration de force du gouvernement n’a aucune efficacité et n’a qu’une visée politicienne : rassurer les électeurs d’extrême droite déçus par Sarkozy en vue de l’élection présidentielle ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com