Madagascar

Alerte à la famine dans le Sud de Madagascar

La FAO et le PAM appellent à la mobilisation générale

Témoignages.re / 2 novembre 2015

Les principaux organismes d’aide alimentaire de l’ONU ont averti mercredi que 46 pour cent de la population dans huit régions de Madagascar, environ 1,9 million de personnes, souffrent d’insécurité alimentaire, y compris les 450 mille personnes qui font face à une insécurité alimentaire chronique. Les agences de l’ONU ont également annoncé la délivrance d’un certain nombre de programmes dans le pays dans le but d’éliminer la faim, améliorer la nutrition, promouvoir l’agriculture durable et contribuer à la réalisation de l’Objectif 2 du développement durable de l’agenda 2030 récemment adopté.

JPEG - 82.9 ko
La sécheresse sévit dans le Sud de Madagascar. (photo Jean-Louis Vandevivère – CC by 2.0)

Selon la mission d’évaluation de la culture et de la sécurité (CFSAM), une évaluation du gouvernement de Madagascar, de l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM), les taux les plus élevés d’insécurité alimentaire ont été trouvés dans les régions sud de l’Androy, Anosy et Atsimo Andrefana de l’île frappée par la sécheresse où 380.000 personnes, un total de 30 pour cent de la population, sont gravement touchés.

Dans un communiqué sur la situation dans le sud de Madagascar, le représentant de la FAO à Madagascar, Patrice Talla Takoukam, a déclaré : « la situation actuelle exige une action réelle à partir d’un éventail d’acteurs pour aider les personnes vulnérables à récupérer et pour éviter une détérioration de la situation de la sécurité alimentaire ».
Il a noté que les récentes évaluations de la sécurité alimentaire n’ont elles-mêmes pas été suffisantes pour faire face à la crise.

Conséquence de la sécheresse

Les agences des Nations unies ont déclaré qu’une baisse significative de la production alimentaire au cours des trois dernières saisons agricoles, en raison de la pénurie récurrente de précipitations, a été la cause de l’insécurité alimentaire dans la région.
Ils ont signalé que de nombreux ménages ont eu recours à des stratégies d’adaptation négatives telles que la vente d’actifs, la réduction du nombre de repas quotidiens, le retrait des enfants de l’école et la consommation d’aliments sauvages tels que les fruits de cactus.

Le PAM a déclaré qu’il aidera 130.000 personnes parmi les plus vulnérables dans cinq districts à travers l’alimentation ou des programmes de cash pour actifs à partir de novembre et continuant jusqu’à la prochaine récolte qui doit avoir lieu en février.
Il a révélé que ces programmes sont conçus pour aider les collectivités à construire la résilience et préparer la prochaine saison la récolte.
L’agence onusienne a également déclaré que les ménages qui sont incapables de travailler seront appuyées par des distributions de vivres.

Pour traiter et prévenir la malnutrition, le PAM a déclaré qu’il fournira une alimentation complémentaire pour les femmes enceintes, les mères en allaitement et les enfants de moins de deux ans.

Replantation de 6.000 hectares

Pour sa part, la FAO a déclaré qu’elle a distribué des semences améliorées résistantes à la sécheresse comme une mesure d’intervention d’urgence dans le secteur agricole.
« Les semences aideront à la re-plantation de plus de 6.000 hectares de terre et à assurer la disponibilité de la nourriture pour 13.000 ménages dans les régions d’Anosy et d’Androy », a-t-il déclaré.

Les cultures et les pâturages en 2013 et au début de 2014 ont été affectés par un fléau qui a maintenant été éradiqué avec le soutien du gouvernement malgache et des bailleurs de fonds dans le cadre du programme d’éradication acridien de trois ans.
En outre, le PAM a déclaré qu’il a appuyé les efforts nationaux pour traiter la malnutrition aiguë modérée chez 7 mille enfants. Au début d’octobre, un avion affrété par le PAM a transporté des suppléments nutritionnels à Antananarivo, la capitale de Madagascar.

« Cela sera utilisé dans les centres de nutrition gérés par l’Etat pour lutter contre des niveaux croissants de malnutrition aiguë et modérée chez les enfants âgés de moins de cinq ans dans le sud du pays », a souligné l’agence.


Kanalreunion.com