Madagascar

Commémoration du 66ème anniversaire de l’insurrection du 29 mars 1947

Témoignages.re / 2 avril 2013

C’est à Moramanga, ville jumelée avec Sainte-Suzanne, qu’ont eu lieu les cérémonies nationales de commémoration de l’insurrection de 1947, sous la présidence d’Andry Rajoelina.

Madagascar a commémoré vendredi à Moramanga, à 110 km au Nord-Est d’Antananarivo, le 66ème anniversaire de l’insurrection du 29 mars 1947 pendant laquelle des dizaines de milliers de Malgaches réclamant la liberté de Madagascar sous l’emprise de la France ont été assassinés par l’armée coloniale française.

La cérémonie officielle a été dirigée par le président de la Transition, Andry Rajoelina, et quelques membres du gouvernement, avec une cérémonie de dépôt de gerbe dans un cimetière situé à environ 10 kilomètres au Nord de Moramanga appelé Ampanihifana, où des centaines de nationalistes y ont été enterrés. Quatre combattants et survivants de la révolte contre la France en 1947-1948 parmi les centaines présents à la cérémonie ont été décorés par la présidence actuelle.

« Le patriotisme n’a pas d’âge, et il nous appartient de poursuivre le combat que vous avez mené auparavant pour avoir l’indépendance de Madagascar », a adressé Rajoelina aux anciens combattants pendant la cérémonie.

L’insurrection du 29 mars 1947 était prévue dans cinq villes de la Grande île, à savoir Antananarivo, Moramanga, Manakara, Fianarantsoa et Diégo-Suarez. Mais les actions entreprises n’auront été plus ou moins réussides qu’à Manakara et à Moramanga.
Cette dernière ville a été considérée comme la ville stratégique, pendant la période coloniale, puisqu’elle se trouve sur la voie du chemin de fer reliant Antananarivo et Toamasina, le plus grand port de l’île, précisent les historiens.

Il reste dans toute la Grande île près de 2.500 personnes parmi les anciens combattants de 1947.


Kanalreunion.com