Madagascar

Installation de la 4ème République à Madagascar

Traduction institutionnelle du résultat du référendum

Témoignages.re / 14 décembre 2010

La 4ème République de Madagascar a été proclamée samedi par le président de la Haute Autorité de la Transition (HAT), Andry Rajoelina, à Antananarivo, capitale du pays. Une dépêche publiée ce jour-là par Xinhua donne davantage de détail sur le contexte de cet événement.

Lors de la cérémonie de promulgation, Andry Rajoelina a affirmé que l’installation de cette IVème république ne signifie pas seulement la victoire du "oui" lors du référendum constitutionnel, mais également la victoire de tout le peuple malgache.
« La route pour arriver à cette 4ème République a été longue, mais nous souhaitons que la nouvelle devise décrite dans la nouvelle Constitution "Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana" (Amour-Patrie-Développement) règne concrètement dans le pays », a-t-il continué.
Madagascar a changé de république à chaque fois que des manifestations populaires se produisent pour contester le pouvoir. La première République présidée par l’enseignant Philibert Tsiranana est née le 14 octobre 1958, suite à une révolte contre la France pour demander l’indépendance de Madagascar.
La Première République a pris fin en 1972 quand Philibert Tsiranana a quitté le pouvoir suite à des grèves estudiantines qui le contestaient pour son soutien aux intérêts français, et a donné les pouvoirs au général Gabriel Ramanantsoa.
Ce dernier a transféré son pouvoir en 1975 au Colonel Richard Ratsimandrava, qui a été assassiné le 11 février 1975, une semaine après sa prise de pouvoir. Après cette tragédie, le pays a été dirigé par un Comité national de direction militaire présidé par le général Andriamahazo qui a nommé un marin, le capitaine de frégate Didier Ratsiraka pour diriger le pays.
La deuxième République a été proclamée par Didier Ratsiraka, le 30 décembre 1975, mais des politiciens se plaignaient des fraudes électorales et de la pauvreté extrême du pays pendant les 16 ans de présidence de Ratsiraka. Ce dernier a quitté le pouvoir suite à l’élection présidentielle du 10 février 1993, quand il a été vaincu par le cardiologue Albert Zafy. Zafy a été empêché par le parlement le 26 juillet 1996. Didier Ratsiraka est revenu au pouvoir après avoir vaincu Zafy à l’élection présidentielle du 29 décembre 1996.
Suite à une élection présidentielle du 3 décembre 2001, le maire d’Antananarivo, Marc Ravalomanana qui était candidat à la présidentielle, a dénoncé une fraude électorale massive faite par Didier Ratsiraka et a refusé de procéder au deuxième tour. Ravalomanana s’autoproclamait président le 21 février 2002 avec le support des manifestants. Ravalomanana a été investi dans sa fonction de président de la Troisième République en mai 2002.
La crise politique 2009 s’est explosée ouvertement en décembre 2008 quand Ravalomanana a fermé la télévision Viva, propriété de Rajoelina pour avoir diffusé un propos de Ratsiraka critiquant Ravalomanana. Ce dernier a dû démissionner le 17 mars 2009 suite au support des forces armées à Rajoelina Ce dernier a fait son investiture en tant que Président de la HAT (Haute autorité de transition), le 21 mars 2009 pour la préparation à la quatrième république et Ravalomanana s’est exilé à Swaziland puis en Afrique du Sud 4 jours après.

74% de "oui"

Étant donné que la crise politique à Madagascar concerne également les deux autres anciens présidents, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, les quatre protagonistes, sous la supervision des médiateurs internationaux, ont signé des accords le 9 août 2009 à Maputo, Mozambique, mais ils ne les ont pas appliqués.
Depuis cette date, les trois anciens présidents Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy se sont réconciliés et ont uni leur force dans un groupement politique appelé "Les trois mouvances" pour contester le jeune président de la HAT. Ils veulent mettre en place une nouvelle transition qu’ils dirigeront ensemble avec la HAT avant d’installer les institutions de transition et de décider les dates des élections, mais la HAT pensait que le référendum sur la constitution modifiée est la seule voie pour faire sortir le pays de la crise politique. Elle a organisé le référendum le 17 novembre dernier et a obtenu un soutien de 74% d’électeurs.


Kanalreunion.com