Madagascar

L’appel à l’unité nationale

Investiture du nouveau président de Madagascar

C.T. / 27 janvier 2014

Elu le 20 janvier, Hery Rajaonarimampianina a prêté serment, samedi 25 janvier à Antananarivo, pour l’unité nationale. Ce dernier a tendu la main au camp de l’ex-président Marc Ravalomanana.

Cinq après le coup d’état d’Andry Rajoelina, devenu par la suite président de transition, le nouveau président de Madagascar a promis de favoriser le retour des investisseurs, à travers la mise en place de « structures qui mèneront au développement, nous devons mettre en place un climat d’investissement qui respecte l’état de droit », a assuré l’ancien ministre des Finances.

« Lourde responsabilité »

Les résultats de la Cour Electorale Spéciale (CES) fait état d’un taux de participation de 50,72%, parmi lequel 2.060.124 des exprimés ont voté pour Hery Rajaonarimampianina. Son adversaire Jean Louis Robinson a obtenu 46,51% des suffrages contre 53,49%. Lors de son investiture, Héry Rajaonarimampianina a demandé à « vous, ma famille politique et mes amis, de m’aider encore une fois, pour favoriser le grand destin d’unité nationale qui est le mien », ajoutant que « ce n’est pas de nous qu’il s’agit mais de Madagascar, de notre avenir collectif et de notre place dans le monde ».

Le nouveau président a reçu de nombreux soutiens et messages de félicitations, notamment du président français François Hollande qui a indiqué que cette élections « ouvre un nouveau chapitre de l’histoire de Madagascar, qui doit permettre à la Grande Ile de retrouver la place qui est la sienne au sein de la communauté internationale », dans une lettre publiée le jour de son serment.

De même, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), a salué la fin d’un « long cauchemar politique et constitutionnel », dans une lettre communiquée samedi à l’Agence France Presse. Le président namibien Hifikepunye Pohamba, au nom de la SADC, et médiateur dans la crise malgache, a indiqué « Votre victoire constitue aussi la victoire de tout le peuple malgache ». Ce dernier a souligné « la lourde responsabilité » incombant au vainqueur d’assurer « la réconciliation nationale, une paix durable et la stabilité politique, conditions d’une reprise de l’économie ».

Pied de nez à la corruption

Quelques heures plus tard, une bombe a explosé à proximité du stade où se tenait la cérémonie. Une demi-douzaine de personnes ont été blessées et une personne est décédée. D’après le magazine Jeune Afrique, citant une source « bien informée », « tout porte à croire que cet attentat est un avertissement donné par ceux qui sont dérangés par l’élection d’Hery Rajaonarimampianina, par sa volonté de gouverner l’Ile sans être inféodé à qui que ce soit, et par son engagement à lutter contre la corruption. Un engagement pris ce matin au cours de son discours d’intronisation ».
En effet, lors de son discours, ce dernier a affirmé qu’il n’y aurait pas de « chasse aux sorcières du passé », assurant tout de même que « la culture de l’impunité était révolue."

« Je m’engage à organiser une lutte sans merci contre tout détournement de biens et de deniers publics, contre tout enrichissement illicite, tout racket ou encore toute utilisation abusive des biens publics », a-t-il dit.
Durant cinq ans, des trafics en tout genre se sont développés, selon l’Alliance Vohary Gasy (AVG). Dans son discours, le président a annoncé vouloir en finir avec la corruption, ce qui « a déplu à beaucoup de monde sur l’Ile. Il y a fort à parier que les commanditaires de cet attentat sont parmi ses mécontents. En tout cas, ils ont gâché cette journée qui avait si bien commencé », a indiqué cette source.

SaiLin

Les félicitations internationales au nouveau président


Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Hong Lei, a exprimé les félicitations du gouvernement chinois, lors d’une conférence de presse, le 20 janvier 2014. « Nous espérons que Madagascar pourra mettre fin à sa crise politique grâce à cette élection et s’engager sur une voie de stabilité durable, de développement et de redressement » a indiqué ce dernier. « La Chine a toujours participé de manière constructive au processus de règlement de la crise politique malgache, et a envoyé à deux reprises des missions à Madagascar en 2013 pour observer les élections. Attachant une grande importance au développement de ses relations avec Madagascar, la Chine entend travailler conjointement avec la partie malgache pour faire avancer sans cesse les relations de coopération et d’amitié entre les deux pays au plus grand bénéfice des deux peuples » a-t-il ajouté.

Du côté des Etats-Unis, Washington insiste sur la démocratie. Via un communiqué de presse, l’ambassade américaine à Antanarivo, a félicité les autorités électorales malgaches, en collaboration avec les Nations unies, pour avoir organisé un scrutin qui reflète la volonté du peuple malagasy.
Pour l’ambassade, l’élection de Hery Rajaonarimampianina comme nouveau président représente une occasion de remettre Madagascar sur le chemin de la démocratie, exhortant par la même, « toutes les parties concernées à travailler ensemble dans un esprit de réconciliation nationale et à se concentrer sur la relance de l’économie de Madagascar, le renforcement de ses institutions démocratiques, l’amélioration du respect des droits humains, et la lutte contre la corruption ».


Kanalreunion.com