Madagascar

Madagascar : un étudiant décède, de nombreux blessés

Répression d’un mouvement de protestation

Témoignages.re / 14 janvier 2014

Vendredi dernier, une manifestation d’étudiants a été sévèrement réprimée. Des membres de l’EMMO REG ont tiré à balles réelles sur des manifestants. C’est un drame pour tout le pays.

Dans un article publié sur le site de "l’Express de Madagascar", il est fait état des conséquences de la violence de la répression, voici quelques extraits :

« L’étudiant Emilien Tianjarafitia Tia¬manajarakoto, 3e année en Institut de biologie appliquée, a finalement succombé à ses blessures dans la nuit du samedi soir au service de réanimation du CHU Androva. Cet étudiant était touché par deux balles réelles par les forces de l’ordre à l’abdomen, vendredi dernier au campus Ambondrona suite à une fusillade. Il était parmi les cinq étudiants blessés à subir une intervention chirurgicale. Son corps sera acheminé à Bealanana région Sofia ce jour. Une veillée a eu lieu au campus de l’université, hier. Le ministre de l’Enseigne¬ment supérieur et de la recherche scientifique, Hilaire Etienne Razafindehibe, celui de la communication Harry Rahajason ainsi que le ministre de la pêche, Sylvain Manoriky étaient au chevet des malades samedi après-midi. Ils ont ainsi remis une enveloppe de 150000 ariary à chacun des patients. Les onze autres étudiants sont encore retenus au service des soins à l’hôpital. Ce dernier dirigé par le professeur Odilon, directeur du CHU, a pris en charge tous les frais d’hospitalisation des étudiants blessés. Par ailleurs, des dizaines d’autres étudiants blessés étaient recensés au campus. Ils ont déclaré avoir été soignés à l’hôpital Loterana à Antanimalandy, par peur de représailles. La situation au campus est revenue petit à petit à la normale seulement hier dimanche matin. Les étudiants appréhendaient encore de revenir sur les lieux et sont restés en ville chez des connaissances et familles. »

Manifestation contre l’exclusion de 14 étudiants

Pour sa part, "Midi Madagascar" explique les revendications des étudiants :

« Selon des sources estudiantines, leurs revendications tournent sur trois dossiers : logements, présence des hommes appartenant à une société de protection civile qui ont blessés plusieurs de leurs camarades le mois d’octobre de l’année dernière et surtout le retour de 14 étudiants frappés par une mesure universitaire. Montrés comme meneurs de grèves, ces individus ne pourront plus fréquenter les établissements universitaires du pays »


Kanalreunion.com