Madagascar

Présidentielle : la mission d’observation de la COI se félicite du bon déroulement de ces élections

Mission d’observation de la Commission de l’océan Indien : second tour des élections présidentielles et législatives de Madagascar

Témoignages.re / 22 décembre 2013

A l’occasion du 2e tour des élections présidentielles et des législatives, le 20 décembre 2013, la Commission de l’océan Indien (COI) a déployé 16 observateurs de ses Etats membres dans 220 bureaux de vote à Antananarivo et sa périphérie.

JPEG - 84.8 ko
La délégation est est dirigée par l’ancien président comorien,
Azali Assoumani, dont le pays assure la présidence en exercice du conseil des ministres de la COI.

A l’issue du scrutin, la mission d’observation de la COI se félicite du bon déroulement de ces élections, dans la continuité du climat serein constaté lors du premier tour en octobre dernier. Elle salue le comportement exemplaire des électeurs malgaches qui ont exercé leur droit civique dans le calme, la discipline et la dignité.

La mission d’observation a noté une amélioration significative du déroulement du scrutin. Elle constate que les recommandations formulées à la suite du premier tour, notamment l’organisation pratique du vote et du dépouillement, la sensibilisation de la population, la formation des agents des bureaux de vote, ont été prises en compte par la Commission Electorale Nationale Indépendante de la Transition (CENI-T).

Jean Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, impressionné par la démonstration des pratiques « d’une démocratie mature », notamment l’organisation des trois débats télévisés qui se sont déroulés entre les deux candidats à la présidentielle, se dit satisfait de la qualité organisationnelle des élections et qu’il qualifie de « rigoureuses et conformes aux normes internationales ».

La COI rend hommage à la CENI-T pour son professionnalisme et sa rigueur dans la mise en place des conditions nécessaires au bon déroulement du processus électoral.

La COI souligne que ses actions, en tant qu’organisation intergouvernementale composée de cinq Etats membres (Union des Comores, Maurice, Réunion/France, Seychelles et Madagascar), ne sont pas ponctuelles mais pérennes. La COI est l’une des seules organisations internationales qui n’a pas sanctionné Madagascar durant cette période de crise et accompagnera Madagascar de façon permanente à travers la coopération régionale.

Le Secrétaire général de la COI se déclare optimiste pour la suite, d’autant que plusieurs projets de la COI ont été ajournés dans l’attente du retour aux normes constitutionnelles à Madagascar, gage de stabilité pour les partenaires au développement. Une réunion internationale des bailleurs de fonds est prévue pour appuyer la Grande Ile dans sa relance économique.

Recevant le rapport préliminaire des observateurs de la COI, Jean Claude de l’Estrac a déclaré : « Nous avons tous noté la détermination et la volonté du peuple malgache de fermer le chapitre de la crise. Ces élections ne sont pas que les élections de Madagascar mais elles concernent toute l’Indianocéanie. C’est son avenir économique qui se joue. Nous sommes néanmoins préoccupés par le relatif faible taux de participation, ce qui indique que des efforts doivent encore être déployés pour réconcilier les Malgaches avec le système démocratique et les pratiques électorales. Nous souhaitons également inviter tous les responsables politiques à un strict respect des lois et des institutions. »

La COI s’engage à poursuivre son appui à Madagascar sous les formes que souhaiteront les autorités malgaches. La délégation de la COI, composée du Secrétaire général, Jean Claude de l’Estrac, de l’ancien président de l’Union des Comores et chef de mission des observateurs, Azali Assoumani, et de Claude Morel, Chef du bureau de liaison COI à Madagascar, a été reçue par le président de la Haute Autorité de la Transition, Andry Rajoelina. Le président a exprimé ses remerciements à la COI soulignant la forte implication de l’organisation aux élections à Madagascar au cours des récentes années.

Le Secrétaire général a également été reçu par Omer Beriziky, Premier ministre du gouvernement de la Transition et par Ulrich Andriantiana, ministre des Affaires étrangères, qui ont exprimé leur appréciation du rôle de la COI dans la résolution de la crise malgache.

Le rapport final de la mission d’observation de la COI sera rendu public d’ici le vendredi 10 Janvier 2014.


Kanalreunion.com