Madagascar

Tentative de négociation avec les mutins

Putsch - référendum à Madagascar

Témoignages.re / 19 novembre 2010

Les autorités malgaches négocient actuellement avec le général Noël Rakotonandrasana et ses hommes pour tenter de mettre fin à leur mutinerie débutée ce mercredi 17 novembre 2010, indique “L’Express de Madagascar”. Ce jour-là, le général mutin avait tenté de renverser le gouvernement en place alors que 8 millions de Malgaches étaient appelés aux urnes dans le cadre d’un référendum constitutionnel.

Le général Noël Rakotonandrasana, retranché dans une caserne proche de l’aéroport d’Antananarivo, avait annoncé avoir « suspendu » les institutions. Ce qu’a démenti peu après le gouvernement en place. « L’État prendra ses responsabilités », avait répondu Andry Rajoelina, président de la Haute autorité de transition. Quelques échauffourées avaient éclaté entre les manifestants et l’armée non loin de cette caserne, mais cela n’a perturbé ni le processus de référendum, ni la vie dans la capitale malgache. 

Suite à cette tentative de putsch, le pouvoir malgache a décidé de négocier avec le général et ses hommes. « Si les négociations échouent, le régime entrera certainement dans une phase plus dure. Il n’y aura pas de "grand pardon", des consignes ont été données », a confié à “L’Express de Madagascar” une source au sein des forces militaires malgaches régulières.

 Quant au résultat définitif du référendum, il ne sera pas connu avant plusieurs jours, mais les premières tendances confirment une large victoire du “oui”. Les opposants d’Andry Rajoelina avaient appelé à son boycott. Ce référendum constitutionnel prévoit notamment un abaissement de l’âge minimum pour être candidat de 40 à 35 ans. Ce qui permettrait au président de la Haute autorité de transition, âgé de 36 ans, à se présenter au prochain scrutin, « même si l’intéressé s’est engagé à ne pas être candidat », précise l’AFP.


Kanalreunion.com