Madagascar

Un échange décisif pour Madagascar

Rencontre entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana

Céline Tabou / 26 juillet 2012

L’ancien président malgache Marc Ravalomanana s’est rendu mardi 24 juillet 2012 aux Seychelles afin de rencontrer son successeur, Andry Rajoelina, président de la Transition malgache. L’objectif de cette rencontre est de dénouer la crise dans laquelle le pays vit depuis 2009.

« Cette rencontre est décisive pour Madagascar et son avenir », a déclaré le président des Seychelles, James Michel, selon le discours que s’est procuré l’“Agence France Presse”. James Michel l’aurait prononcé devant les deux hommes et leurs délégations mardi matin sur une île isolée de l’archipel seychellois, Desroches.

Les médiateurs présents le mercredi 25 juillet — jour de la rencontre bilatérale — ont souhaité que les responsables malgaches évitent que de nouvelles sources de tension et d’affrontements personnels n’interfèrent. Ces derniers ont également préconisé de « laisser le temps panser les blessures de ces trois années de crise ».

Ouvrir de nouvelles perspectives

Arrivé mercredi matin, le président sud-africain, Jacob Zuma, dirige pour l’heure la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), l’organe de défense de l’organisation régionale. La délégation de la SADC espère que « ce face-à-face inédit, à huis clos, à l’abri des médias et sans les autres mouvances politiques malgaches favorisera un "accord final" entre les deux hommes, décisif pour l’avenir politique de la Grande Ile », a indiqué l’“AFP”.

La SADC fait pression sur Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana pour qu’ils parviennent à cet "accord final" d’ici au 31 juillet. Les deux hommes doivent également essayer de lever « les blocages en vue de l’organisation des élections censées mettre un terme à la Transition à Madagascar, dont le calendrier sera publié le 1er août ».

« La rencontre (d’aujourd’hui - NDLR) aux Seychelles aura un impact important s’ils arrivent à se mettre d’accord. (...) Rajoelina a toujours refusé de rencontrer Ravalomanana, mais maintenant, je crois qu’il veut trouver un moyen de mettre fin à la crise », a estimé Juvence Ramasy, politologue à l’Université de Tamatave (Nord-Est), à l’“AFP”.

Céline Tabou


Kanalreunion.com