Madagascar

Un gouvernement-président à Madagascar

En attendant les élections

Témoignages.re / 10 juillet 2013

A Madagascar, une délégation de la SADC, la communauté de développement d’Afrique australe, est venue le 9 juillet pour une nouvelle médiation, conduite par l’ancien président mozambicain, Joachim Chissano.

JPEG - 62.8 ko
Dans le cadre des futures élections à Madagascar, une délégation de la SADC est venue entamer une nouvelle médiation.

Cette mission a proposé la tenue d’un référendum constitutionnel, pour sortir de la crise. Une proposition acceptée par Andry Rajoelina, président de la transition et candidat aux prochaines élections présidentielles.

Le 8 juillet, le Parlement de transition a mis fin au vide juridique concernant la vacance du pouvoir. La loi adoptée prévoit qu’en cas de démission d’Andry Rajoelina, le gouvernement assure le rôle de chef de l’Etat de manière collégiale. Cette loi devrait être rejetée par le Conseil Constitutionnel. Car la loi fondamentale malgache indique qu’en cas de vacance de la présidence, les fonctions de chef d’Etat reviennent collégialement au Premier ministre et aux deux chefs d’Assemblées.

Cette loi avantage Andry Rajoelina, car la loi prévoit le retour sans condition du président de la Transition à son poste en cas de nouveau report de l’élection présidentielle. Cette petite avancée pourrait paralyser l’action de l’Etat, car le "gouvernement-président" devra prendre des décisions à la majorité de ses membres.


Kanalreunion.com