Madagascar

« Une décision courageuse »

Madagascar : Andry Rajoelina renonce à se présenter à la présidentielle

Céline Tabou / 15 mai 2010

C’est ainsi que le président du Sénégal Abdulaye Wade a qualifié la décision d’ Andry Rajoelina, de ne se présenter ni aux élections législatives malgaches de septembre 2010 ni au scrutin présidentiel de novembre prochain, ceci afin de « créer les conditions propices à une transition apaisée, suivant un processus électoral neutre, libre et transparent », rapporte l’Agence France Presse.

Dans un contexte de crise politique, le président de la Haute Autorité de Madagascar a annoncé à la télévision officielle, jeudi 13 mai, « Je me sacrifie pour ne pas sacrifier les Malgaches ». Dans son allocution, Andry Rajoelina a expliqué que son « seul but est de mettre en place la quatrième République ».
Ce dernier a d’ailleurs fixé un calendrier pour les prochaines élections, il a souhaité voir les élections législatives et présidentielles se tenir avant la fin de cette année. De plus, un référendum constitutionnel doit ainsi être tenu le 12 août prochain, suivi des élections législatives le 30 septembre et enfin de l’élection présidentielle le 26 novembre.

Les dirigeants malgaches le félicitent

Le président du Mouvement pour la démocratie à Madagascar (MDM), Pierrot Rajaonarivelo a félicité la décison de Andry Rajoelina. L’ancien vice-Premier ministre a indiqué au quotidien L’"Express de Madagascar", « Je ne peux que saluer cette décision courageuse et empreinte de patriotisme d’un homme de 36 ans au pouvoir, qui sait mieux que ses aînés où est l’intérêt supérieur de son pays ». Le désistement de Andry Rajoelina offre des opportunités aux anciens dirigeants politique de gouvernement malgache.
De son côté, le secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet a expliqué au journal "Madagascar Tribune", que « ces décisions (démission et mise en place d’un calendrier, ndlr) placent Madagascar sur la voie du retour à l’ordre constitutionnel et donc du soutien de la communauté internationale ».
La position de Andry Rajoelina donne espoir à la classe politique, mais également aux citoyens qui voient la fin d’un conflit violent. En effet, depuis la crise politique débuté en 2008, par la chute de l’ancien président de Madagascar, Marc Ravalomanana.

Salutations Internationales

Sur le plan international, la France a immédiatement salué l’annonce de Andry Rajoelina. Le secrétaire d’État à la coopération, Alain Joyandet, a d’ailleurs affirmé que « la France sera aux côtés du peuple malgache pour l’aider à relever les défis qui l’attendent ». Ce dernier a également ajouté que la France apporterait à Andry Rajoelina « tout son soutien pour atteindre l’objectif qu’il a lui-même fixé d’organiser des élections libres et transparentes avant la fin de l’année 2010 », a indiqué le site d’information Afrik.com.
Le président sénégalais Abdoulaye Wade a également souhaité que cette décision « puisse aider à la réconciliation nationale pour un retour à une paix et une stabilité durables ». Son compatriote, Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, a appelé « tous les acteurs politiques malgaches à s’engager résolument, et sans arrière-pensée, dans un dialogue constructif qui doit conduire à la tenue, en 2010, dans les délais annoncés, d’élections libres, fiables et transparentes ».
La décision de Andry Rajoelina a suscité un dynamisme autour des prochaines élections législatives et présidentielles.

Céline Tabou


Kanalreunion.com