Madagascar

Vibrant hommage de l’AKFM à la solidarité du peuple réunionnais

58e anniversaire du Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar

Témoignages.re / 9 janvier 2017

Témoignages du 7 janvier 2017 avait donné un compte-rendu de la célébration du 58e anniversaire de l’AKFM, qui s’est tenue le 12 novembre dernier à Antananarivo. Retour sur cet événement avec le résumé du discours d’Eric Rakotomanga, président de l’AKFM. Il est reproduit ci-dessous, avec des inter-titres de Témoignages.

JPEG - 52 ko
Minute de silence en hommage aux camarades disparus.

Mesdames et Messieurs,
Camarades,
Nous vous remercions aujourd’hui pour avoir répondu à l’Invitation du Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar-AKFM, dans le cadre de son 58e année de sa fondation. En principe, nous avons pensé qu’il n’y a pas lieu de célébrer cette date d’une manière particulière.

Cependant, nous avons cru indispensable de le marquer justement en cette période trouble que traverse notre Pays.

Mais avant tout cela, il nous faut se rappeler qu’à l’occasion de telle célébration nous estimons qu’il est toujours de rigueur, et à chaque fois, de rappeler la mémoire de ceux qui ont fait actuellement de l’AKFM un vrai parti, et ce, surtout au moment où il célèbre la 58e année de son existence et de lutte sans relâche pour la Liberté, l’indépendance, la souveraineté de notre Patrie.

Ce rappel est d’autant plus important aujourd’hui même, car nous venons d’apprendre que notre cher Camarade Paul Vergès est décédé ce matin-même, à 4 heures du matin. Nous savons tous, le rôle que le Camarade Paul Vergès, avec notre Camarade Gisèle Rabesahala, a joué dans la lutte du Peuple réunionnais, des peuples de notre région en général et à Madagascar en particulier pour la solidarité et l’amitié. Nous savons que c’est une très grande figure de cette lutte. Et par conséquent, c’est avec une grande tristesse que nous apprenons aujourd’hui son décès.

Aussi, vous prierais-je de nous rappeler de tous ces camarades qui nous ont quittés, en observant une minute de silence. Merci.

« Situation révolutionnaire »

Mesdames et Messieurs,

Camarades,

Comme je l’ai dit tout à l’heure, nous célébrons aujourd’hui le 58é anniversaire de l’AKFM pour des raisons particulières, liées à la situation politique actuelle à Madagascar, et que je résumerais de la façon suivante :

D’un côté, nous constatons tous, qu’actuellement notre gouvernement et le régime en général n’est plus capable de gérer les affaires nationales. Il est devenu incapable de maîtriser la situation, que ce soit sur le plan politique, sur le plan économique et surtout sur le plan social. Je n’énumérerais plus les problèmes s’y afférant, étant donné que nous les vivons chaque jour et qu’il serait superflu d’y revenir encore une fois.

De l’autre côté, la population ne peut plus supporter l’aggravation journalière de sa situation actuelle, telle la pauvreté, l’insécurité, le coût de la vie et beaucoup d’autres problèmes que je n’énumérais non plus, puisque le nous les vivons également au quotidien.

Par conséquent, et d’après notre théorie idéologique, nous pensons que nous nous trouvons dans une situation que nous appèlerons « situation révolutionnaire ».

Mais pour que le changement révolutionnaire attendu se réalise, il faut un parti révolutionnaire, ou plus généralement un vrai parti, tel que l’AKFM, par exemple.

Or, nous-même AKFM, n’a pas encore réuni toutes les conditions nécessaires pour que cette force soit effective dans la situation actuelle. De surplus, seul, le Parti AKFM ne pourrait réaliser ce changement à la base.

Remerciements de l’AKFM au PCR

C’est pourquoi, nous profitons de cette 58e anniversaire de l’AKFM pour ouvrir un débat sur le rôle historique des partis politiques malgaches en général et plus particulièrement dans la situation actuelle, que je viens de décrire tout à l’heure. Nous savons tous, quel est l’état des soi-disant multitudes de partis politiques à Madagascar.

Nous vous invitons par conséquent - vous, représentants des partis politiques ici présents - à débattre, cet après-midi, sur un thème intitulé « Le rôle des partis politiques dans l’évolution de l’histoire de Madagascar ».

Nous espérons qu’à l’issue de ce débat nous pourrons réfléchir sur notre rôle respectif dans la situation qui prévaut actuellement dans notre Pays. Il va sans dire que ceci est très important dans le développement ultérieur de la situation actuelle.

Par ailleurs, nous vous invitons également, et maintenant, à visiter l’exposition qui retrace, d’une façon très succincte, l’Histoire de l’AKFM à travers l’Histoire contemporaine de Madagascar.

Enfin, je ne saurais terminer mon intervention sans réitérer les remerciements de l’AKFM de l’honneur que vous, honorables invités ainsi que la Presse venus nombreux, avez daigné lui octroyer par votre présence. Je remercie tout particulièrement la Camarade Simone, du Parti Communiste de La Réunion. Nous tenons effectivement à rappeler que les liens d’amitié et de solidarité entre l’AKFM et le PCR durent depuis des décennies, et ce à travers la Camarade Gisèle et Paul, comme je l’ai relaté plus haut.

Mesdames et Messieurs, Camarades, merci de votre attention.

Que vienne la Liberté !