Maurice

L’océan Indien lieu de compétition entre l’Inde et la Chine

Narendra Modi demain à Maurice

Céline Tabou / 10 mars 2015

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a annoncé sur les réseaux sociaux son prochain voyage à l’île Maurice, les 11 et 12 mars. Il a qualifié cette visite de « très spéciale », exprimant également son enthousiasme de rencontrer « ses sœurs et frères de Maurice », au moment où sera célébrée l’anniversaire de l’indépendance de Maurice.

JPEG - 58.9 ko
Narendra Modi (au centre de la photo).

Narendra Modi sera demain à Maurice. D’après les médias indiens, cette visite vise à contrer l’offensive chinoise dans la zone Océan indien. En effet, depuis plusieurs années, la Chine investit à l’île Maurice, aux Seychelles et entre autres, aux Maldives, dans le cadre de sa nouvelle Route de la soie du 21e siècle. Une politique extérieure mal vue par les Indiens, auparavant bénéficiant de relations privilégiées avec ces pays. Les Indiens doivent rattraper leur retard diplomatique, économique et financier.

« Raffermir davantage » les relations bilatérales

Pour le Premier ministre indien les relations entre les deux pays sont “solides”, mais il tient à travailler avec le nouveau Premier ministre mauricien, Sir Anerood Jugnauth, afin de les « raffermir davantage ». Narendra Modi n’a d’ailleurs pas caché sa détermination à réaliser un « potentiel commun », visant à renforcer la sécurité maritime de Maurice.

Durant sa visite de 24 heures, Narendra Modi devrait signer une série d’accords entre les deux gouvernements. Selon certains médias mauriciens, il lancera officiellement le nouveau patrouilleur des garde-côtes, le CGS Barracuda. A cette occasion, il se rendra au Musée du patrimoine, Aapravasi Ghat, et lancera les travaux de l’institut de recherche, World Hindi Secretariat. Le point marquant de cette visite sera la participation de Narendra Modi, aux célébrations de la fête nationale au Champ de Mars, à Maurice, le 12 mars.
L’objectif du Premier ministre indien est donc de rattraper son retard par rapport à la Chine, qui a fait un prêt bonifié de 50 millions de yuan (250 millions de roupies) et un don direct de 50 millions de yuans pour « régler le problème d’eau et d’infrastructure », a annoncé le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, à TopFmRadio, en février 2015. D’autres projets sont en négociation au sein de la Commission mixte sino-mauricienne, laissant penser que de nouveaux investissement chinois vont être réalisés dans l’île.

De son côté, l’Inde reste le premier partenaire commercial de Maurice, avec un niveau d’importation élevé : 1,3 millions de dollars et des investissements directs de 14,2 millions de dollars. En dépit de cette place privilégiée, l’Inde a décidé de mener la charge contre Pékin, dans de nombreux pays de la zone Océan indien, y compris le Sri Lanka et les Maldives. Où la visite de Xi Jinping en septembre 2014 a inquiété l’exécutif indien, auparavant très confiant dans ses relations avec ces territoires.

Faire face au concurrent chinois

Selon le magazine spécialisé, The Diplomat, le Premier ministre indien devrait offrir à ses voisins de l’Océan indien une assistance militaire et civile. D’autant plus qu’après « des décennies de négligence par les gouvernements indiens successifs », le voyage du Premier ministre indien au Sri Lanka, sera le premier depuis 28 ans. Une absence qui a profité à Pékin, grand favori de l’ancien président sri-lankais, Mahinda Rajapaksa.

Le pays a développé ses relations avec ces territoires insulaires, à l’instar de celles avec le continent africain, en injectant des millions d’euros dans le développement de leurs infrastructures, des contrats maritimes, etc. Face à cette poussée chinoise, l’Inde tente de s’allier les pays de l’Océan indien à travers un partenariat militaire.
« L’Inde a un rôle en tant que fournisseur de sécurité dans la région de l’Océan indien », a expliqué au Diplomat, un responsable indien de la défense, ajoutant que son pays aller fournir des navires de patrouille, des radars de surveillance « et la cartographie des océans pour le États insulaires ». Cette détermination à s’allier à l’Inde est une volonté marquée du nouveau président sri-lankais, Maithripala Sirisena, qui a annoncé la suspension de projets chinois en faveur de son cousin indien.

La situation reste tendue entre la Chine et l’Inde dans la zone. Pékin est parvenu à signer des accords avec les Maldives, quand New Delhi a fait face à des annulations de contrats de la part du gouvernement maldivien. « L’aide militaire de la Chine aux Maldives, au Sri Lanka, aux Seychelles et à Maurice est une question qui a causé beaucoup d’inquiétude en Inde. Sachant cela, il serait prudent pour (Narendra, ndlr) Modi d’éviter le sujet, ce qui pourrait résulter en un dilemme Chine ou Inde » a expliqué Vijay Sakhuja, directeur de la National Maritime Foundation of India, au quotidien mauricien, L’Express.


Kanalreunion.com