Maurice

Manifestation contre la vie chère

À Maurice aussi, aggravation de la situation

Céline Tabou / 10 mars 2011

Des milliers de Mauriciens ont marché, ont manifesté samedi 5 mars à Rose Hill, deuxième ville de l’Ile Maurice, à l’appel de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP). Les travailleurs ont protesté contre la vie chère, et notamment la hausse du prix des produits alimentaires.

De son côté, la Confédération syndicale de gauche (CSG-Solidarité) a annoncé l’organisation d’une manifestation le 2 avril prochain à Port-Louis. La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), le Front anti répression (FAR), l’Association des consommateurs de l’Ile Maurice (ACIM) et la National trade unions confederation (NTUC) ont interpellé les autorités à de nombreuses reprises sur la hausse du coût de la vie des Mauriciens.

Sans réponse, les organisations ont décidé de descendre dans les rues pour se faire entendre. Après la manifestation organisée à Rose Hill, les syndicats s’apprêtent à organiser un grand rassemblement pour alerter le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, sur les conditions de vie de ces concitoyens. Ils proposent au gouvernement d’adopter « une politique économique alternative ».

Hausses considérables des denrées

Sous le mot d’ordre « Tous unis contre la cherté de la vie ! », les manifestations de samedi, et ceux à venir, vont protester contre les hausses de prix dans l’énergie, dont le gaz et l’électricité, mais également les produits de première nécessité tels que l’huile de table, la viande, le poulet, le riz, les boissons gazeuses.

Les syndicats ont dénoncé « la poussée inflationniste que subissent les consommateurs depuis la fin de l’année dernière et plus précisément depuis la présentation du Budget 2011 ». Accompagnés des employés de plusieurs secteurs de l’économie, dont l’industrie sucrière, le port, le transport en commun, le tourisme, la zone franche et l’énergie, les syndicats ont exposé leurs revendications, notamment « une compensation salariale pour tous les employés afin de leur permettre de faire face à la hausse des prix intervenue depuis la présentation du dernier Budget ; des amendements immédiats aux deux nouvelles lois du travail en vue de contrer la vague de licenciements et les abus de pouvoir provoqués par ces législations, et la dénonciation du programme de privatisation dans plusieurs secteurs, dont le port, les casinos et les utilités publiques ».

Dénoncer les dérives du gouvernement

La marche organisée samedi et celles à venir ont également pour but de condamner les lois industrielles et les « abus et scandales » du gouvernement. Reeaz Chuttoo, Président de la confédération CTSP, a adressé une demande à Paul Bérenger, leader du MMM, « de se ressaisir et de mener le combat contre les excès et abus du gouvernement en descendant dans la rue ».

Ce dernier a dénoncé l’attitude des autorités : « Vous ne faites que parler dans vos salons et à la radio. Descendez dans la rue », et a affirmé que beaucoup de Mauriciens ne mangeaient pas à leur faim à cause des prix élevés des produits alimentaires. Une responsable de la CTSP, Jane Ragoo, a déclaré que le panier de la ménagère a subi une hausse de 20 dollars depuis le début de l’année, a relevé Afriqueenligne.com.

Céline Tabou


Kanalreunion.com