Maurice

Maurice : création d’un front syndical face à un « gouvernement fort »

Au lendemain des élections municipales

Témoignages.re / 18 juin 2015

Tirant les leçons des dernières élections, trois syndicats ont choisi d’organiser un contre-pouvoir politique pour faire face à la domination de la coalition gouvernementale au Parlement et dans toutes les municipalités.

Trois syndicats que sont la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), Federation of Progressive Unions (FPU) et la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) ont constitué un Front Commun Syndical Anti-Licenciement (FCSIL) dans le but de faire face à ce qu’ils appellent « un gouvernement fort qui est en place depuis décembre dernier et une opposition inexistante ».

Selon le président de la FTU, Atma Shanto, « les travailleurs mauriciens se retrouvent aujourd’hui dans une situation sans précédent, qui nécessite une action syndicale unifiée ».
« Les travailleurs ont en face d’eux un gouvernement très fort issu des dernières élections générales en décembre 2014 et surtout depuis le week-end dernier suivant les élections urbaines », a-t-il dit.

Il a ajouté que face à cette situation, les syndicats ont à jouer un rôle très important pour la défense des travailleurs.
M. Shanto a déploré les licenciements, la dégradation des conditions d’emploi et le gel des salaires que connaît l’île actuellement. « Nous combattrons l’insécurité d’emploi et les licenciements sauvages », a-t-il affirmé.

Selon le syndicaliste, Ivor Tan Yan, les travailleurs vivent avec la peur de perdre à tout instant leur emploi. Quant à Reeaz Chuttoo, président de la CTSP, il a déploré le silence des fédérations syndicales de la Fonction publique, alors que les travailleurs du secteur privé sont frappés par une vague de licenciements, de perte de droits acquis et de dégradation de leurs conditions d’emploi.
Reeaz Chuttoo a déploré que le gouvernement soit en train de faire le contraire de ce qu’il avait promis aux travailleurs.


Kanalreunion.com