Maurice

Vision énergétique à 10 ans

Témoignages.re / 27 février 2013

L’Île Maurice a présenté son nouveau Plan énergétique intégré couvrant la période 2013-2022 comprenant ses différentes stratégies pour s’attaquer aux problèmes énergétiques de l’île.

JPEG - 52.4 ko

Le directeur général de Central Electricity Board (CEB), Shiam Thannoo, a expliqué que l’objectif principal du plan était de créer un portefeuille énergétique suffisamment large pour protéger l’île des problèmes de sécurité énergétique et d’instabilité des prix, tout en étant sensible aux impératifs environnementaux.
« L’Île Maurice va investir 18 milliards de roupies, soit 610 millions de dollars, dans les dix années à venir pour produire de l’électricité à partir de sources différentes dont les énergies renouvelables comme le solaire et le photovoltaïque » , a-t-il précisé.
Selon M. Thannoo, d’ici à la fin de cette période de dix ans, le pic de la demande énergétique atteindra 574 MW dans le scénario de base et pourrait être de 702 MW dans l’hypothèse haute
Outre la mise en place présentement d’une centrale électrique de 100 MW, deux nouvelles firmes dotées d’une capacité de production de 50 MW chacune seront nécessaires, a-t-il dit dans sa présentation.
L’île produit actuellement de l’électricité essentiellement à partir de l’énergie fossile, un mélange de charbon et de bagasse (un résidu du procédé de traitement de la canne à sucre), de l’énergie hydroélectrique et un peu de solaire.

Baisse de la production sucrière

La production sucrière de l’Ile Maurice est en baisse avec 409.200 tonnes de produites en 2012, contre 435.509 en 2011, qui ont rapporté des recettes totales en devises de 10,2 milliards de roupies, soit environ 338 millions de dollars, selon le ministère de l’Agro-industrie et de la sécurité alimentaire.
Un officiel du ministère a indiqué mardi que la récolte 2012 a été affectée par la sécheresse et des incendies dans les champs de cannes et par l’abandon des terres sous culture de la canne.
Selon lui, le gouvernement est conscient que la superficie cultivée et la production de sucre sont en baisse constante au cours des cinq dernières années.
« La production de sucre est passée de 454.862 tonnes sur une superficie de 68.002 hectares en 2008 à 409.200 tonnes sur une superficie de 54.139 hectares en 2012 » , a-t-il souligné.
4.865 habitants de plus en 2012

Selon ces derniers chiffres, à la date du 31 décembre 2012, la population de l’île était de 1.293.549 habitants, soit 4.865 de plus par rapport à l’année dernière.
En 14.492 naissances vivantes ont été enregistrées contre 14.282 en 2011. 


Kanalreunion.com