Mayotte

« L’État m’a trahi, je rentre chez moi »

Des fonctionnaires manifestent contre la baisse de la surrémunération

Manuel Marchal / 13 novembre 2013

Hier à Mayotte, des fonctionnaires ont marché une valise à la main entre la Préfecture et l’aéroport. Ils protestent contre la fin de la défiscalisation de la prime d’éloignement, c’est-à-dire contre une baisse de la surrémunération. Les fonctionnaires apparaissent bien isolés dans ce qui apparaît comme un premier test sur la remise en cause de la surrémunération outre-mer.

Hier matin, des fonctionnaires se sont rassemblés devant la barge de Mamoudzou. Direction la Préfecture, point de départ d’une marche jusqu’à l’aéroport. Chacun tirait sa valise ou portait un bagage. Ils protestent contre la fin d’un avantage : la défiscalisation de la prime d’éloignement. À Mayotte, c’est le principal élément de la surrémunération, et jusqu’à présent cet avantage était exonéré d’impôt sur le revenu. Le gouvernement a décidé d’y mettre fin. Les fonctionnaires estiment que c’est une remise en cause du contrat qu’ils ont signé avec l’État quand ils ont décidé de venir à Mayotte. C’est ce qui ressort en effet de la composition du cortège : des expatriés venus de France.

À Mayotte, ce mouvement a provoqué des tensions, car tous les fonctionnaires d’État ne semblent pas soutenir le mouvement. Mayotte Première relève des incidents entre des grévistes qui voulaient bloquer un établissement scolaire et des usagers. Cela explique pourquoi des gendarmes étaient déployés entre la préfecture et l’aéroport.

La population est elle aussi loin de soutenir la lutte des fonctionnaires. C’est ce qu’indique la "une" d’hier de "Mayotte matin" : « La population dit "chiche" au départ des fonctionnaires en grève contre l’imposition » .

Nul doute que le résultat de ce mouvement donnera des indications précieuses à Paris. Car la mesure du gouvernement équivaut à une baisse de la surrémunération, une première pour l’Outre-mer.

M.M.


Kanalreunion.com