Mayotte

Retour sur les origines du drame des kwassa-kwassa

Le coup de force d’élus dont on a oublié le nom

Manuel Marchal / 17 juillet 2012

La première visite d’un membre du nouveau gouvernement à Mayotte coïncide presque jour pour jour avec l’anniversaire de la proclamation de l’indépendance des Comores. Prise le 6 juillet, cette initiative était la conséquence de la décision du gouvernement français de détacher Mayotte des trois autres îles de l’archipel. Ce choix fut validé par un vote de l’Assemblée nationale le 27 juin 1975. Bien qu’ils votèrent contre, les socialistes ne remirent pas en cause cette décision quand ils arrivèrent au pouvoir 6 ans plus tard.

Le 6 juillet 1975, l’Assemblée des Comores a proclamé l’indépendance du pays. Cette nouvelle est rendue publique dans "Témoignages" du 8 juillet 1975. C’est six jours plus tôt, le 2 juillet, que notre journal reproduit un extrait de la déclaration du président du gouvernement des Comores. Le 27 juin précédent, les députés de la majorité soutenant Giscard avaient décidé de remettre en cause le résultat du référendum en détachant Mayotte des trois autres îles. Suite à cette manœuvre, le président du gouvernement des Comores décide de réunir l’Assemblée pour qu’elle détermine la marche à suivre. Cette dernière décida alors de proclamer l’indépendance des Comores.
Les articles de l’époque illustrent bien le climat de tension entretenu par l’ancienne puissance coloniale. Ils montrent également que dès le départ, des démocrates réunionnais ont appelé au respect de la décision prise par le peuple des Comores. Rassemblés au sein du Comité de paix réunionnais, ils dénonçaient l’utilisation de La Réunion en tant que base d’agression contre les autres peuples de notre région.
Le drame des kwassa-kwassa découle de la décision prise par le gouvernement français, soutenue par l’Assemblée nationale française le 27 juin 1975, et pas remise en cause 6 ans plus tard par les socialistes qui avaient pourtant voté contre. Aujourd’hui, les effets de cette décision atteignent des proportions dramatiques.

M.M.


Kanalreunion.com