Monde

29 mesures pour éradiquer l’esclavage en Mauritanie

Droits humains

Témoignages.re / 7 mars 2014

La feuille de route en vue de l’éradication de l’esclavage et de ses séquelles, dont l’adoption par le gouvernement mauritanien a été annoncée le 27 février dernier, à l’issue d’une mission dans le pays de la Rapporteuse spéciale des Nations unies (ONU) sur les formes contemporaines d’esclavage, Mme Gulnara Shahinian, devrait comporter 29 mesures, selon le ministre de la Justice, Sidi Ould Zeine.

Cette feuille de route a fait l’objet d’une communication au conseil des ministres tenu jeudi et dont le ministre de la Justice a fait l’économie le même jour devant la presse.

Selon Sidi Ould Zeine, la feuille de route aura une dimension juridique, économique et sociale, en déterminant "la notion d’esclavage, en précisant les conditions légales et matérielles qui établissent la culpabilité des personnes accusées de se livrer à cette pratique, mais aussi les compensations et réparations légalement dues aux victimes de la pratique de l’esclavage".

Elle devrait également comporter des mesures économiques et sociales pour permettre aux victimes de la pratique de l’esclavage de se prendre en charge à travers des Activités génératrices de revenus (AGR).

L’adoption de cette feuille de route, la création d’une agence pour l’éradication des séquelles de l’esclavage et d’une juridiction spéciale compétente pour le crime de l’esclavage rentre dans le cadre de la volonté politique d’élimination "des séquelles de l’esclavage", selon le ministre.

En dépit de plusieurs mesures dans la législation pénale et la Constitution, le phénomène de l’esclavage reste un sujet polémique en Mauritanie.

Les ONG anti-esclavagiste dénoncent régulièrement "la complicité" des autorités et "l’impunité" dont bénéficient les présumés auteurs de pratiques esclavagistes.


Kanalreunion.com