Monde

« Accord révolutionnaire » pour le financement du développement

Adoption du Programme d’action d’Addis-Abeba

Témoignages.re / 17 juillet 2015

A l’issue de négociations qualifiées d’ « acharnées » entre Etats participant à la Conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba, en Ethiopie, un accord historique a finalement été conclu concernant une série de mesures audacieuses pour réformer les pratiques mondiales du financement du développement durable, ont annoncé mercredi soir les Nations Unies.

« Cet accord révolutionnaire, le Programme d’action d’Addis-Abeba, fournit un cadre de mise en œuvre au niveau mondial du futur programme de développement durable que les dirigeants mondiaux sont censés adopter en septembre [à New York] », a déclaré dans un communiqué de presse un porte-parole de l’ONU, précisant que l’accord a été conclu par les 193 Etats membres de l’Organisation participant à la Conférence, dans le cadre de discussions sous l’égide du Ministre éthiopien des affaires étrangères, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le Programme d’Addis-Abeba adopté après des mois de négociations entre Etats membres, a précisé le porte-parole, marque une étape importante dans l’établissement d’un partenariat mondial renforcé en faveur d’une prospérité économique universelle et inclusive, de l’amélioration du bien-être de la population mondiale et de la protection de l’environnement.

Lors d’une conférence de presse organisée plus tôt dans la journée avant l’annonce de l’accord, M. Ban avait averti que le sort du futur programme de développement durable dépendait en grande partie du succès de la Conférence et de la capacité des Etats à s’accorder sur un programme d’action définissant les règles du financement du développement pour les années à venir.

« Je demande instamment aux négociateurs de garder cet objectif à l’esprit alors qu’ils terminent leurs travaux », avait alors déclaré le Secrétaire général, tout en notant avec satisfaction les différents engagements et initiatives annoncés dans le courant de la semaine, y compris la création d’un nouveau mécanisme de financement pour aider à éradiquer la mortalité maternelle et infantile, le Global Financing Facility (GFF).

« Pris dans leur ensemble, les résultats obtenus à Addis-Abeba peuvent constituer le fondement d’un partenariat mondial pour le développement durable revitalisé, qui ne devrait laisser personne de côté », avait-il ajouté.

JPEG - 55.1 ko
L’adoption du document final saluée par les délégués. (Photo : Shari Nijman)

« Un succès est essentiel pour renforcer la confiance et l’élan en faveur de l’adoption d’un programme de développement ambitieux pour l’après-2015 en septembre à New York et un accord universel sur le changement climatique en décembre à Paris », avait insisté M. Ban.

Le Programme d’action d’Addis-Abeba sur lequel les Etats sont tombés d’accord dans la soirée comprend des engagements concrets dans six domaines essentiels : la conclusion d’un nouveau pacte social pour l’investissement de qualité ; l’augmentation de l’aide publique au développement et la mise en œuvre d’une banque de licences de technologie d’ici 2017 pour les pays les moins avancés ; l’établissement de nouveaux mécanismes pour faciliter le développement, le transfert et la diffusion de technologies pertinentes dans le cadre de la réalisation des ODD ; une plus grande coopération internationale en matière fiscale pour endiguer l’augmentation des flux financiers illicites ; la reconnaissance de l’égalité des sexes au sein du programme de financement du développement ; et la protection de la planète, la biodiversité et le climat.


Kanalreunion.com