Monde

Afrique du Sud : le racisme en cours sape le miracle Mandela

Après des propos tenus sur Internet et à la télévision

Témoignages.re / 9 janvier 2016

Vingt-deux ans après que Nelson Mandela a été porté au pouvoir sur un ticket de réconciliation raciale, cette ancienne terre de l’apartheid est toujours aux prises avec ses démons raciaux.

La première semaine de la nouvelle année a vu une série d’incidents raciaux de haut profil qui ont suscité l’indignation à travers un pays que l’archevêque Desmond Tutu a une fois qualifié de « Nation Arc-en-ciel ». Traditionnellement, les célébrations du Nouvel An voient des centaines de milliers de Sud-africains se dorer sur les plages et gambader dans les vagues.

Cependant, un agent immobilier furieux de Durban a été offensé par la quantité de déchets sur les plages et s’est rendu sur Facebook pour évacuer sa frustration aux “singes” noirs. « Ces singes qui sont autorisés à être libérés à la veille du Nouvel An et le jour du Nouvel An sur les plages publiques n’ont évidemment pas d’éducation ». En quelques heures, son message avait suscité un tollé national majeur et a reçu des menaces de mort.

Propos racistes

Néanmoins, Sparrow a trouvé un allié avec le juge Gareth Cliff qui a tweeté : « les gens ne comprennent pas du tout la liberté d’expression ». Cliff, qui est aussi un populaire animateur de radio, a fait face à une tempête de critiques et la station de télévision M-Net a déclaré qu’il examinera son contrat.

Admettant que ses commentaires sur la liberté d’expression ont été inopportuns, Cliff a déclaré : « Je pense que cette situation est déplaisante. C’est une conversation que nous avons absolument besoin d’avoir, mais je crois qu’elle a perdu le contrôle ».

Peu de temps après, l’économiste respecté Chris Hart a offensé des millions de personnes quand il se précipita à la défense de Sparrow et a tweeté : « Plus de 25 ans après que l’apartheid a pris fin, les victimes sont en augmentation avec un sens du droit et de la haine envers les minorités… »

Moquerie à la télévision

Le Congrès national africain (ANC) a déclaré que les commentaires n’étaient pas sans rappeler l’attitude de l’apartheid envers les populations autochtones du pays.

« Ils dégradent également les Noirs comme des personnes ne méritant pas d’utiliser les plages de leur pays de naissance. Ils accusent en outre la majorité de notre pays, qui sont la plupart noire, comme ayant un sens du droit et de la haine envers la minorité », a déclaré le parti au pouvoir dans un communiqué transmis à la PANA. Et ANC Youth League a déclaré qu’il appellera à un boycott national de la Standard Bank, si l’entreprise ne se débarrasse pas de Hart.

Malgré l’indignation, un présentateur de la télévision nationale a alimenté les flammes quand il s’est moqué de la prononciation d’un mot anglais de la ministre de l’Education, Angie Motshekga.

Barnes a fait un commentaire, tandis que la station diffusait des extraits du discours de Motshekga qu’elle a prononcé mardi lors de l’annonce des résultats pour 2015 des examens du secondaire. « Peut-être que quelqu’un doit avoir un mot avec la ministre sur la façon dont le mot (epitome) quintessence se prononce », a déclaré Barnes.

Sa remarque a irrité de nombreux Sud-africains, en particulier du fait que la langue maternelle de Motshekga est le Xhosa et Barnes a mal prononcé son nom dans la même phrase.

Le porte-parole du gouvernement, Esethu Hasane, a répondu au scandale en déclarant : « Il est donc très bien pour les cancres de ENCA de mal prononcer les noms africains, mais ils peuvent se moquer des Africains de ne pas prononcer les mots anglais correctement ».

Vers une criminalisation du racisme

Pendant ce temps, les partis d’opposition ont exprimé leur soutien à la criminalisation du racisme après la décision du Congrès national africain annonçant qu’il allait enquêter sur la création d’une loi spécifique ou de modifier la législation existante afin de veiller à ce que les actes de racisme et de promotion de l’apartheid soient criminalisés et passibles d’emprisonnement.

Le Chef de file du Democratic Alliance, Mmusi Maimane, a exprimé son soutien à la criminalisation de ces déclarations alors que les Economic Freedom Fighters ont déclaré que le plan de l’ANC était compatible avec leur propre manifeste.

Les Sud-africains de toutes races ont enduré une torride année 2015, qui a été marquée par des protestations de prestation de services, des crimes, un rand en chute et une nouvelle vague de violence xénophobe qui a laissé des milliers de déplacés.


Kanalreunion.com