Monde

Après avoir accaparé ses richesses, la Grande-Bretagne rejette l’Inde

Sanjiv Dinama / 20 mars 2012

La Grande-Bretagne va mettre un terme à son aide à l’Inde, car elle estime aujourd’hui qu’elle ne doit plus rien à l’Inde. Pourtant l’Inde a subi près de 350 de colonisation anglaise, durant lesquelles, un véritable pillage a été opéré par le colonisateur anglais. A la veille de l’indépendance, des millions d’Indiens mourraient de faim. Aujourd’hui, le gouvernement britannique estime ne plus être redevable envers les Indiens et mettra fin au versement de l’aide.

La Grande-Bretagne va mettre un terme à son aide à l’Inde, a indiqué le ministre britannique pour le développement international Andrew Mitchell dans le Sunday Times. « Londres a dépensé quelque 1 milliard de livres (1,2 milliard d’euros) en programmes d’aide à l’Inde ces cinq dernières années, et s’est engagé à verser 600 millions de livres supplémentaires d’ici 2015 », a-t-il indiqué. Le programme ne sera pas renouvelé à cette échéance, a laissé entendre le ministre. « Nous sommes dans la dernière ligne droite vis-à-vis d’eux » (les Indiens), a-t-il indiqué dans une interview au dominical.
La Grande-Bretagne estime aujourd’hui qu’elle ne doit plus rien à l’Inde. Un rappel historique est nécessaire afin de mieux comprendre.

Une véritable désindustrialisation s’est opérée en Inde durant la colonisation

L’Inde a subi près de 350 ans de colonisation anglaise. 350 années durant lesquels, un véritable pillage a été opéré par les Anglais. Les pays colonisateurs ont imposé à leurs colonies des cultures d’exportation uniquement destinées à satisfaire les besoins de la métropole. En Inde, la Grande-Bretagne a refusé à sa colonie le droit de s’industrialiser. Elle continuait d’appliquer à l’Inde le système mercantiliste. C’est à propos du coton et du jute que le problème se pose d’abord. Les industriels anglais entendent que ces fibres soient entièrement exportées brutes vers l’Europe, pour être travaillées exclusivement dans les usines anglaises, et que les Indiens se contentent du rôle d’acheteurs des tissus de la métropole. Le coton accomplit ainsi un circuit de plusieurs milliers de kilomètres, inattendu mais conforme à la division du travail dont l’Angleterre du 19ème siècle entend profiter. Ainsi s’accomplit une véritable désindustrialisation des pays colonisés. Les milieux d’affaires anglais obtiennent même qu’une taxe spéciale frappe les produits manufacturés de fabrication indienne vendus en Inde, afin que l’avantage reste aux articles en provenance de la métropole.
C’est ainsi que l’Inde, première manufacturière de cotonnades avant 1800, vit son industrie textile assez rapidement dévastée. Elle devient exportatrice nette de coton brut et finit, vers la fin du 19ème siècle, par importer la quasi-totalité de ses besoins en produits textiles.

Une situation de famine sévissait en Inde au moment de l’indépendance du pays

L’Inde n’est indépendante que depuis près de 60 ans. Au moment de l’indépendance, une situation de famine sévissait dans le pays. « Au Malabar, à Bijapur, en Orissa, et avant tout dans la riche et fertile province du Bengale, hommes, femmes et petits enfants mourraient chaque jour par milliers, faute de nourriture. Ils s’écroulaient morts devant les palais de Calcutta, leurs cadavres gisaient dans les huttes de boue des innombrables villages du Bengale et jonchaient les routes et les champs des zones rurales », J. Nehru, "The Discovery of India". Au total, l’Inde a connu 7 famines au XIXe siècle. 3 millions de morts en 1943 dans le seul Bengale. Entre 1900 et 1947, la disponibilité alimentaire du pays par tête avait baissé de 25%.

Le gouvernement britannique estime aujourd’hui ne plus être redevable envers l’Inde et ses millions d’Indiens morts faute de nourriture

Depuis l’indépendance, le pays a réalisé d’énormes progrès notamment avec la révolution verte qui a permis à l’Inde d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. L’Inde est aujourd’hui, entre autres, le deuxième producteur mondial de riz, blé, canne à sucre. Elle est la première productrice de lait et de protéagineux (légumineuses de type pois et lentilles).

Après 350 ans de pillage durant lesquelles l’Inde a connu une forte régression, le gouvernement britannique estime avoir payé sa dette envers l’Inde, envers ces millions d’Indiens morts faute de nourriture. La Grande-Bretagne ne versera plus les 1,2 milliard d’euros sur 5 ans à un pays de 1,2 milliard d’habitants ce qui ne représentait que 1 euro par indien tous les 5 ans.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com