Monde

Attentats meurtriers à Bruxelles malgré un état d’alerte permanent

Une trentaine de morts et plus de 200 blessés dans deux attaques revendiquées par le groupe Etat islamique

Témoignages.re / 23 mars 2016

Malgré un état d’alerte permanent en Belgique depuis plusieurs mois, des terroristes ont perpétré hier à Bruxelles deux attentats meurtriers à l’aéroport international de Zaventem et dans une rame de métro au cœur du quartier des institutions de l’Union européenne. À Paris, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures qui renforceront l’état d’urgence.

JPEG - 46.9 ko
Le hall des départs de l’aéroport de Bruxelles après les explosions. (photo RTBF-DR)

Ce 22 mars, Bruxelles, capitale de la Belgique, a été touchée par deux attentats. Le dernier bilan fait état d’une trentaine de morts et de plus de 200 blessés. Peu avant 8 heures, deux explosions ont touché l’aéroport international de Zaventem. De nombreuses victimes sont à déplorer. D’après l’analyse des images des caméras de surveillance, trois personnes sont arrivées en taxi et ont chargé des valises sur des chariots à bagage. Deux se seraient suicidées en commettant l’attentat tandis que la troisième se serait enfuie.

Une heure plus tard, une autre bombe a explosé dans une rame du métro de Bruxelles, à la station de Maelbeek, à 200 mètres de l’immeuble du Berlaymont, siège de la Commission européenne. Cet attentat a été le plus meurtrier, il a touché le quartier où se situent les institutions de l’Union européenne. Plusieurs fausses alertes à la bombe ont ensuite entretenu un climat de peur.

La Belgique est le second pays européen visé en peu de temps par des attentats qui touchent particulièrement l’Afrique et de Moyen-Orient. Ces attaques surviennent quatre mois après celles de Paris. Le 13 novembre dernier, plus de 100 personnes avaient été tuées et des centaines blessées lors de plusieurs attentats. Une semaine plus tard, la ville de Bruxelles était en état de siège pendant plusieurs jours. La population était interdite de sortir, transports et écoles étaient fermés tandis que l’armée patrouillait dans les rues. Depuis, la Belgique était, comme la France, en état d’alerte permanent. Ainsi, la semaine dernière, un des responsables présumés des attentats de Paris avait été arrêté à la suite d’une importante opération de police dans une commune de Bruxelles. Malgré toutes ces mesures, des terroristes ont réussi à frapper des cibles symboliques en faisant de nombreuses victimes.

Nouvelles mesures

Dans l’après-midi d’hier, le groupe État islamique a revendiqué les attaques de Bruxelles, précisant qu’elles avaient été perpétrées par des personnes qui se sont donné la mort en explosant avec leurs bombes.

Tous les transports collectifs ont été interrompus dans la capitale de la Belgique, gares et métro évacués et interdits au public. Les portes des écoles seront closes aujourd’hui. L’aéroport est fermé jusqu’à nouvel ordre tandis que les transports doivent reprendre dans la journée avec un dispositif spécifique de sécurité. Dans les gares, une seule porte d’entrée sera ouverte pour contrôler les personnes voulant se rendre dans le hall.

Le gouvernement de la Belgique a annoncé trois jours de deuil national. Le roi des Belges a prononcé une allocution solennelle.

En France, un Conseil de défense s’est tenu hier après-midi en présence du président de la République, du Premier ministre, ainsi que des ministres de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères. Plusieurs mesures seront prises pour renforcer l’état d’urgence.

Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a annoncé le déploiement de 1.600 policiers et gendarmes supplémentaires, ainsi que de nouveaux contrôles : « les accès aux zones publiques de transport sont réservées aux personnes munies d’un titre de transport et/ou d’une pièce d’identité », « des messages de prévention vont être diffusés en direction du grand public », « dans le cadre du dispositif Sentinelle, des patrouilles de militaires vont être réorientées vers ces sites » et des « mesures de contrôle et de palpation systématisées ».

Conséquences à La Réunion

À La Réunion, un communiqué diffusé hier par la préfecture précise que « les patrouilles et les contrôles, terrestres et maritimes, sont renforcés, particulièrement aux aéroports, au port et dans les gares routières. Les forces armées complètent toujours le dispositif de surveillance aéroportuaire. Une attention particulière est portée sur les contrôles de bagages et d’identités ».

Comme l’état d’urgence, les mesures le renforçant seront donc étendues à La Réunion. L’extension des contrôles dans les transports aura un impact dans la vie quotidienne.

Les attaques de Bruxelles montrent que l’état de guerre va encore se prolonger, avec de nombreuses conséquences.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Je travail dans un grand hôpital Bruxellois et c’est avec beaucoup d’émotion que mes collègues et moi avons appris que nous passion en plan MASH en raison d’attentats à Zaventem et dans le Métro. Les terroristes ont frappés et tous nous sommes horrifiés par de tels actes mais nous resterons debout et nous nous devons de défendre pied à pied les beaux principes de la laïcité. Ce serait un bel hommage-revanche pour les victimes de ce mardi 22 mars tombées en raison du fanatisme religieux de ces lâches que de ne rien leur céder en ce qui concerne nos valeurs. Sincères Condoléances aux familles endeuillées.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com