Monde

Baisse « solide » du chômage aux États-Unis

2,5% de croissance au dernier trimestre

Céline Tabou / 6 mai 2013

Le taux de chômage aux États-Unis a reculé pour la troisième fois consécutive de 0,1 point pour s’établir à 7,5% en avril. Il s’agit de son plus bas niveau depuis décembre 2008, a annoncé le rapport mensuel du gouvernement sur la situation de l’emploi le 3 mai.

D’après les observateurs, ce recul se poursuit, mais s’appuie sur des « bases plus solides en dépit d’une activité économique encore convalescente ». Le pays a créé 165.000 nouveaux emplois en avril, soit une hausse de 19% par rapport à mars, où la création d’emplois était en baisse. Cependant, le taux de chômage touche 13,2% des Afro-américains et 9% des Hispaniques, selon le Ministère du Travail.

Une surprise pour les analystes

Dans un contexte économique international morose, l’annonce de ces chiffres a surpris les analystes, qui prévoyaient une stagnation, voire une diminution du taux de chômage. Ces données semblent encourageantes, alors que la population active augmente. Les chiffres ont également mis en évidence une augmentation du nombre de personnes ayant un emploi au mois d’avril.

Le leader de l’opposition, le républicain John Boehner, a reconnu que le rapport sur l’emploi contenait « quelques bonnes nouvelles » .

De son côté, la Maison-Blanche a indiqué que de nouveaux chiffres indiquaient que l’économie continuait « à se rétablir » même s’il reste « beaucoup à faire ». Les coupes budgétaires massives entrées en vigueur en mars, couplées aux hausses des impôts en janvier, faisaient pourtant craindre une détérioration rapide du marché de l’emploi.

Ombre au tableau, la diminution de 11.000 embauches dans le secteur public, compensé par le secteur privé. Cela s’explique par les coupes budgétaires et suppressions d’emplois des derniers mois. « Ce rapport montre qu’il n’y a pas (encore - NDLR) de ralentissement des embauches liées aux coupes budgétaires », a expliqué à l’“Agence France Presse” Nariman Behravesh, analyste au cabinet IHS.

Retour de la croissance

La période de faible croissance de la fin du premier trimestre n’était qu’une « parenthèse » et n’annonçait pas une « tendance durable », a expliqué Harm Bandholz, d’UniCredit Economics. Cependant, la part des actifs dans la population en âge de travailler s’est stabilisée en avril (63,3%) et reste à son niveau le plus faible depuis 1979. Le nombre de personnes en temps partiel reste élevé avec 7,9 millions, ainsi que le nombre de personnes ayant cessé de chercher du travail par « découragement » , avec 830.000 Américains.

De plus, la durée moyenne de travail hebdomadaire a diminué en avril, en raison de la baisse de la production. Malgré ces quelques surprises, la Banque centrale américaine (FED) ne devrait pas accroître son soutien à l’économie, selon les experts cités par l’“AFP”. L’institution bancaire a incité aux rachats d’actifs, notamment de bons du Trésor, au cas où la situation du marché de l’emploi se dégraderait.

Pour l’heure, le Produit intérieur brut (PIB) américain a connu une amélioration au premier trimestre, avec +2,5%, selon une première estimation publiée vendredi 26 avril par le département du Commerce américain, contre 0,4% le trimestre précédent. En dessous des prévisionnistes qui tablaient sur 3%, Washington a revu à la baisse ses prévisions pour l’ensemble de l’année 2013.

Céline Tabou


Kanalreunion.com