Monde

Ban Ki-moon rencontre les dirigeants iraniens

Sommet des non-alignés à Téhéran

Témoignages.re / 1er septembre 2012

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rencontré mercredi le Président de la République islamique d’Iran, Mahmoud Ahmedinejad, ainsi que plusieurs représentants du gouvernement de ce pays à Téhéran, où il s’est rendu pour participer au 16ème Sommet du Mouvement des non-alignés (NAM).

Peu de temps après son arrivée dans la capitale iranienne, M. Ban a été convié à un déjeuner de travail avec le président du Parlement, Ali Larijani, avant de rencontrer le Président Ahmedinejad, le Guide suprême de la révolution, l’ayatollah Ali Khamenei, et le Secrétaire du Conseil suprême de Sécurité nationale, Saeed Jalili.
« Lors de toutes ces réunions, le secrétaire général a exprimé les préoccupations et les attentes de la communauté internationale sur les questions pour lesquelles il faut renforcer de toute urgence la coopération et progresser vers la stabilité régionale et le bien-être du peuple iranien », a déclaré le porte-parole du secrétaire général lors d’un point presse donné hier au siège de l’ONU à New York.

120 pays participants

« Les sujets à l’ordre du jour étaient notamment le programme nucléaire iranien, le terrorisme, les droits de l’Homme et la crise en Syrie. Nous espérons pouvoir fournir sous peu plus de détails sur ces discussions », a-t-il ajouté.
Placé sous la Présidence de la République islamique d’Iran, le Sommet du Mouvement des non-alignés doit réunir les dirigeants des 120 pays membres du NAM, ainsi que de nombreux pays observateurs. Ban Ki-moon devait prononcer une allocution jeudi.
« L’Iran a l’opportunité de jouer un rôle important en tant que dirigeant modéré et constructif de la communauté internationale pour relever ces défis », a indiqué Ban Ki-moon devant les journalistes à l’aéroport international de Téhéran, en faisant en particulier référence à la crise en Syrie.
Selon un porte-parole de l’ONU présent à Téhéran lors de la rencontre entre MM. Ban et Ahmedinejad, le secrétaire général suit de près les discussions entre l’Iran et le groupe P5+1, formé des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, et l’Allemagne.

« Aucune autre alternative à une résolution pacifique »

M. Ban a également fait part de son regret devant le peu de progrès réalisé dans les négociations jusqu’à présent, soulignant la nécessité de les rendre plus substantiels dans les meilleurs délais.
« Il a souligné que l’Iran devrait prendre des mesures concrètes pour répondre aux préoccupations de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et démontrer au reste du monde que son programme nucléaire est uniquement destiné à des fins pacifiques », a expliqué le porte-parole.
« Le secrétaire général a indiqué qu’il n’y avait aucune autre alternative à une résolution pacifique, diplomatique et négociée du dossier, à laquelle il faut parvenir graduellement et sur la base de la réciprocité ».
Le programme nucléaire iranien — que Téhéran décrit comme pacifique — est une source de préoccupation pour la communauté internationale depuis qu’elle a découvert, en 2003, que le pays avait mené des activités nucléaires depuis 18 ans en violation de ses obligations au titre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).


Kanalreunion.com